Le 27 juillet dernier, dans les colonnes de Libération, la secrétaire d’État chargée de la Santé Nora Berra s’est dite favorable au statut de coparent, notamment pour les couples homosexuels (lire: Homoparentalité: Nora Berra est favorable au statut de coparent mais ne veut pas entendre parler de «deux mères»).

Interrogé par Yagg, Hervé, coprésident de l’association ADFH (Association des familles homoparentales), salue cette initiative: «C’est encourageant que certaines personnes aient le courage d’exprimer leurs convictions personnelles à ce sujet. Qu’elles soient de droite ou de gauche, nous les défendrons toujours».

STRATÉGIE DE COMMUNICATION?
On peut néanmoins se demander s’il s’agit d’une réelle volonté de changement ou d’une stratégie de communication afin de contrebalancer le concept de «famille durable» que prône actuellement la Droite populaire. Hervé «ne pense pas qu’il y ait de stratégie politique en plein été». Il s’agit selon lui «d’une opinion personnelle».

Contacté par Yagg, le porte-parole de l’APGL (Association de parents gays et lesbiens) Mathieu Nocent est d’un tout autre avis: «De la même manière qu’Alain Juppé s’était dit favorable à «quelque chose comme un mariage» pour les couples de même sexe juste après le rejet de la proposition de loi à l’Assemblée nationale par les députes UMP, Nora Berra se dit favorable à un statut du coparent quelques jours après qu’un groupe de 54 députés UMP a présenté – dans un rapport malveillant et mensonger – une vision de la famille extrêmement traditionnelle et passéiste.» (lire: Les députés UMP veulent limiter les droits des pacsés et ceux des célibataires en matière d’adoption). L’APGL a d’ailleurs sollicité Jean-François Copé afin qu’il «se positionne clairement, au nom de l’UMP».

PROPOSITION INSUFFISANTE
Dans un communiqué du 28 juillet, Nathalie Mestre, présidente de l’association Les Enfants d’Arc En Ciel, explique pourquoi le statut de coparent proposé par Nora Berra est insuffisant même s’il constitue une amélioration: «un tel système a ses limites et rejoint la vision biologisante de la famille du rapport présenté par le groupe UMP puisque Mme Berra se dit gênée par l’utilisation de l’expression «deux mères» […] Quelle curieuse conception de l’intérêt de l’enfant que celle qui refuse de voir aussi cette réalité de la famille composée de deux mamans, deux papas ou plus?».

On peut également s’interroger sur le fait que ce soit la secrétaire d’État chargée de la Santé et non celle chargée de la Famille, Claude Greff, qui se soit exprimée. Selon Mathieu Nocent, «cela aurait été probablement trop engageant pour le gouvernement actuel que ce soit la secrétaire d’État à la Famille qui s’exprime en faveur de ce statut de coparent. La position du gouvernement est donc très obscure».

Nora Berra souhaite-t-elle faire oublier sa sortie du 30 mars dernier au Sénat, où elle affirmait que «l’homosexualité est un facteur de risque pour le VIH»? Même si tel est le cas, «nous ne croyons pas qu’une quelconque prise de position favorable à l’avancée des droits pour les homosexuels puisse faire oublier ces propos extrêmement choquants», affirme Mathieu Nocent.

CLAUDE GREFF BOTTE EN TOUCHE
Contacté par Yagg, le service de presse de Claude Greff botte en touche: «Elle a choisi de ne pas répondre suite à l’interview de Nora Berra dans Libération». Lorsqu’on se renseigne sur la position de Claude Greff en ce qui concerne l’homoparentalité, on nous rétorque que «son calendrier est fixé et [qu’]elle n’a pas prévu d’aborder cette question en priorité». Rideau.