Ce qui me touche aussi tous les ans c’est cet ascenseur émotionnel où tu passes d’un bonheur immense à un profond recueillement durant les 3 minutes de silence avant de repartir comme en 40 répandre de l’amour sur ton arc-en-ciel à roulette (oui bah j’avais pas les moyens de me payer un char hein).


Et cette magnifique symbolique d’arriver fatigué mais triomphant (et transpirant) place de la Bastille, là où des milliers de personnes ont eux aussi décidé un jour que fuck les vilains et ont révolutionné la France. Et bien je reste persuadée qu’un jour notre tour viendra et que nous aussi on fera basculer la France dans une nouvelle ère (mais avec moins de sang parce que nous sommes des êtres glamour avant tout).


Pour finir je te laisse avec les impressions de deux novices qui ont vécu leur première pride et quand je lis ça, je me dis qu’on tient le bon bout.

«J’ai adoré! Une ambiance de folie où tout le monde oublie ses soucis, où tout le monde tolère tout le monde, et où il n’y a pas un soupçon de préjugés à la con… Si seulement cela pouvait exister tous les jours, partout, et pas seulement lors d’une manifestation d’un jour, ça serait le top! Vivement l’année prochaine, je remet ça!» Aurora, 29 ans.

«J’étais venu avec quelques a priori en tête pour ma première pride, mais j’ai vite découvert tout autre chose, une mixité tolérante animée par les festivités et la musique, j’ai passé un très bon moment, j’en garde un bon souvenir» Mario, 32 ans.

Texte et photos Callie