Culture & Loisirs
Marches des Fiertés 2014
Ciné | 27.07.2011 - 15 h 10 | 3 COMMENTAIRES
Marco Berger, réalisateur d’«Absent»: «Le désir sexuel des mineurs est toujours tabou»
Publié par
«Absent», ce mercredi sur les écrans, met en scène une histoire de séduction au parfum troublant entre un jeune élève et son professeur de natation.

Absent, le deuxième long métrage du réalisateur argentin Marco Berger, après Plan B en 2008, sort aujourd’hui sur les écrans français.

Le film, que vous avez pu découvrir en avant-première au Jeudi, c’est gay-friendly! le 7 juillet dernier, met en scène de façon très épurée une histoire de séduction au parfum troublant entre un jeune élève et son professeur de natation. Il a reçu le Teddy Award du meilleur film au dernier festival de Berlin.

Marco Berger a répondu à nos questions.

Marco Berger

Votre film met en scène une histoire de désir et de séduction entre deux personnages dont l’un est mineur. Pensez-vous que cela est un sujet tabou en 2011? Le désir sexuel des mineurs est toujours tabou. C’est un thème très difficile à aborder à cause du risque de tomber dans le cas d’un adulte abusant d’un mineur, ce qui est très différent. Cela, c’est de la pédophilie, mais cela ne signifie pas qu’il faille nier l’éveil sexuel des mineurs. L’équilibre se trouve dans la compréhension de cet éveil.

Vous avez choisi d’utiliser les codes du thriller pour évoquer cette histoire. Pour quelles raisons? Parce que cela m’aidait à construire le personnage de l’élève comme une menace très forte pour le professeur. Une espèce de monstre dont puisse s’emparer l’imagination du spectateur, et qui m’aide à construire la deuxième partie du film, qui est ce dont je veux réellement parler dans le film.

Vous dites que «montrer l’homosexualité au cinéma est un acte politique». Pourquoi? Faire que les gens réfléchissent sur un thème est déjà un acte politique. La politique est la confrontation d’idées.

Votre film me fait penser par certains aspects à O Fantasma, de Joao Pedro Rodrigues. Connaissez-vous ce film et y avez-vous pensé en réalisant le vôtre? Je connais ce film mais je ne l’ai pas vu. Il n’est pas sorti en Argentine. Mais maintenant que tu m’en parles, je vais essayer de le voir…

Absent a reçu le Teddy Award du meilleur film à Berlin. Qu’est-ce que cela représente pour vous? C’est une reconnaissance très grande, d’autant plus que mes premiers travaux, jusqu’à Absent, sont clairement de thématique gay et un réalisateur, dans le cadre de cette thématique, ne peut rêver plus belle récompense que le Teddy Award.

Pouvez-vous nous expliquer le choix du titre: «Absent»? Cela veut-il dire qu’on se rend compte de l’amour qu’on porte aux gens quand ils ne sont plus là? «Absent» fait référence au mot que l’on donne à ceux qui manquent, au collège, lorsqu’on fait l’appel. «Présent»/«Absent». Après, le jeu sur le mot lui donne une dimension pour ainsi dire poétique.

Si vous n’arrivez pas à voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur Absent de Marco Berger – bande-annonce

Lire aussi: L’«intensité palpable» d’Absent, selon le yaggeur Jigglypuff

Print This Post
Avatar de Yannick Barbe
Publié par
Directeur de la rédaction de TÊTU
Autres articles | Profil | Compte Twitter
 
LES réactions (3)
  • Par Red 27 juil 2011 - 15 H 24
    Avatar de Red

    Ah ce que j’aime dans cette interview c’est qu’on sent que Marco Berger parle espagnol <3
    J'ai beaucoup aimé ce film, je le redis :)

     
  • Par johnattend 27 juil 2011 - 19 H 53
    Avatar de johnattend

    Bien évidemment ce genre de film ne sort presque pas en province… Comme toujours…

     
  • Par aifelle 27 juil 2011 - 20 H 30
    Avatar de aifelle

    j’irai peut-être voir ce film … afin d’essayer de comprendre ce qui se passe dans la tête d’un ado amoureux d’un prof …
    le regard, quasi obsessionnel du jeune acteur … ça met assez mal à l’aise je trouve.

     
  • Vous devez être connecté pour poster un commentaire.

    Aucun message ne correspond à vos critères de recherche.