Lors d’un rassemblement international des jeunesses catholiques en Autriche, à Pöllau (Land de Steiermark), le cardinal viennois Christoph Schönborn a incité ce mercredi 13 juillet les jeunes à  «appeler les choses par leur nom», même s’ils/elles doivent, à cause de cela, être persécuté-e-s, haï-e-s ou critiqué-e-s. Et quand le cardinal évoque des «choses», il s’agit en premier lieu d’une définition «correcte» du mariage. Le mariage homosexuel,  à son avis, n’existe pas. On reconnaît bien là la rhétorique habituelle de l’Église catholique: le langage est devenu mensonger, le mariage homosexuel n’en est pas un, il s’agit d’un péché, tout comme l’avortement, le divorce ou l’euthanasie, que le cardinal a stigmatisés de la même manière.

En fait, «l’Église n’est pas contre le mariage homosexuel. L’Église ne s’oppose pas à quelque chose qui n’existe pas». Ce serait un joli sophisme, s’il n’était pas aussi odieux et détestable.

La suite de l’argumentation est connue: le mariage est scellé entre un homme et une femme. Pour toutes ces choses, il ne faut pas que les jeunes cèdent au Zeitgeist, à l’esprit du temps.

Photo Th1979

Photo Th1979

On le sait, le Cardinal a combattu la récente introduction des contrats d’union civile, qui, à son avis, devraient entraîner des conséquences incalculables pour la société. Ne pas reconnaître les unions civiles, ce n’est cependant pas discriminer selon Christopher Schönborn. Selon lui, on ne peut discriminer que ce qui est égal, or ce type d’union ne peut être égal au mariage, qui peut être porteur des fruits de la reproduction.

Les parlementaires autrichiens en ont heureusement décidé autrement. Depuis le 1er janvier 2010, la Grande Coalition au pouvoir a voté la loi portant sur les unions des personnes du même sexe. En refusant cependant à ces couples le droit à l’adoption.

Et puisque le Cardinal aime la sophistique, nous serons d’accord avec lui sur un point: le mariage homosexuel n’existe pas. Dans des pays comme la Belgique, l’Espagne, le Portugal, etc., le mariage est l’union entre deux adultes libres et consentant-e-s. Leur orientation sexuelle n’est pas mentionnée par le législateur. Il s’agit du mariage, tout simplement.

Plus d’infos et source:
• Pour les amateurs des vérités catholiques, visiter la page du  site de l’Achevêché de Vienne qui cite l’allocution du Cardinal. L’information est aussi diffusée par la presse catholique et reprise par des sites ultras.
• Notre source:  l’excellent site LGBT allemand Queer.de.

Luc Lebelge

En partenariat avec Munich and Co.