Alors que les textes précédemment adoptés interdisaient d’évoquer l’orientation sexuelle dans les publicités à la télévision et à la radio (c’est l’homosexualité qui était visée), la version finale de la Loi sur l’information au public, entrée en vigueur le 30 juin dernier, va dans le sens contraire.

Elle dispose en effet que les médias «ne doivent pas publier d’informations contraires à la dignité humaine, discriminantes ou qui encouragent à la discrimination fondée (…) sur l’orientation sexuelle».

«Le Parlement lituanien a répondu à l’appel de Lithuanian Gay League et d’autres organisations de défense des droits humains qui lui demandaient de garantir que l’information du public serve à améliorer l’égalité, la tolérance et le respect des droits humains pour tou-te-s, y compris les personnes LGBT, et de retirer l’article discriminatoire qui interdisait toute mention de l’orientation sexuelle dans les publicités audiovisuelles», indique Lithuanian Gay League (LGL) sur son site.

En janvier, le Parlement européen avait rappelé la Lituanie à l’ordre, demandant au Seimas (Parlement lituanien) «de rejeter les projets d’amendements au code des infractions administratives, de faire figurer le respect de l’orientation sexuelle dans la liste des principes protégés dans la loi sur l’éducation, de permettre aux mineurs d’avoir librement accès aux informations sur l’orientation sexuelle, et de clarifier la signification de l’interdiction formulée dans la loi sur la publicité».

Dans un communiqué, l’Intergroupe sur les droits LGBT du Parlement européen se félicite de ce changement de cap, imputable, semble-t-il, aux députés Valentinas Stundys et Algis Čaplikas.

«Nous sommes extrêmement heureux de voir que nos collègues du Seimas ont fait le bon choix, en tenant tête à l’intolérance et à la peur», a déclaré Michael Cashman, député européen du Royaume-Uni. «C’est un message puissant qu’envoie le législateur lituanien, à la fois à son peuple et au reste de l’Union européenne, renchérit Ulrike Lunacek, qui partage à la coprésidence de l’Intergroupe avec Michael Cashman. Une inquiétude demeure néanmoins puisque la Loi sur la protection des mineurs est toujours en vigueur, et qu’une interdiction de la chirurgie de réassignation de genre a été proposée.»

Photo Baltic Pride via Centre LGBT Paris Ile-de-France (traduction: «L’homophobie n’est pas une valeur familiale»)