À une semaine de l’ouverture de la conférence de l’International Aids Society à Rome, les annonces publiées mercredi 13 juillet viendront conforter ceux qui militent pour un accès à d’autres outils de prévention, à commencer par le traitement pré-exposition. Deux études importantes sur le traitement préventif pré-exposition (PrEP) viennent de montrer que donner du ténofovir seul (Viread) ou du ténofovir combiné à l’emtricitabine (Truvada) permet de réduire le risque de transmission entre 62% et 73% dans des couples hétérosexuels.

LA TRANMISSION DU VIH RÉDUITE JUSQU’À 73%
La première étude, Partner study, a eu lieu en Ouganda et au Kenya et a recruté 4758 couples homme-femme sérodiscordants. Les partenaires séronégatifs recevaient soit Viread, soit Truvada, soit un placebo, à prendre une fois par jour. L’essai prévoyait aussi des actions de soutien et d’information sur le safer sex, et les participants recevaient des préservatifs et avaient un suivi des Infections sexuellement transmissibles. L’essai a été arrêté 18 mois avant la date prévue car il a montré un effet hautement significatif du PrEP.

Le risque d’infection a été réduit de 62% dans le groupe recevant Viread et de 73% dans le groupe recevant Truvada mais selon les auteurs, cette différence n’est pas significative statistiquement et d’autre part, il n’y avait pas de différence entre hommes et femmes.

Dans l’autre étude conduite au Bostwana, TDF study, 1219 hommes et femmes ont été répartis en deux groupes, l’un recevait Truvada et l’autre placebo. La baisse du risque de transmission a été de 63%.

DES RÉSULTATS ÉTUDIÉS À LA LOUPE
Ces résultats contrastent avec ceux d’une étude sur les femmes qui n’avait pas montré d’efficacité du PrEP et aussi de IPrEx, dont nous avons plusieurs fois parlé sur Yagg, et qui chez les hommes homosexuels, avait montré une réduction de 44% de la transmission. Dans l’essai Partner study, l’adhérence au traitement était très importante, puisque 97% des doses de médicaments dispensées ont été prises. C’est sans doute une des raisons qui expliquent le succès de cet essai. En France, l’Agence nationale de recherches sur le sida prévoit de lancer à la rentrée Ipergay, un essai de traitement préventif à la demande pour les gays séronégatifs. Nul doute que les résultats de ces deux essais vont être examinés à la loupe par les médecins en charge d’Ipergay.

Via Sys-con et Aidsmap.