C’est un pas important dans l’histoire de la lutte contre le sida. Gilead, un laboratoire qui commercialise Truvada, Viread et Emtriva, trois antirétroviraux très utilisés dans le traitement de l’infection par le VIH, vient d’autoriser les fabricants indiens de génériques à produire leurs traitements et à les commercialiser dans certains pays en développement.

La fondation suisse Medicines patent pool, créée par Unitaid, vient d’annoncer qu’elle a signé son premier accord de licence, avec le laboratoire américain Gilead. Concrètement, dans 111 pays en développement, Gilead autorise la commercialisation des génériques de tenofovir (Viread) et emtricitabine (Emtriva). Dans 102 pays sera autorisée la vente du cobicistat et dans 99 pays la vente de l’elvitegravir et du Quad (une combinaison de ces produits).

DE 10 À 15 FOIS MOINS CHER
Les versions génériques des antirétroviraux sont en moyenne de 10 à 15 fois moins chère que leurs versions de marque. Des génériques de Truvada et de Viread étaient déjà en circulation dans de nombreux pays africains mais cet accord officialise et sécurise la situation. Pour Emmanuel Trenado, de Coalition Plus, c’est « une très bonne nouvelle ». Il explique que le lobby d’Unitaid et des associations a été intense depuis quatre ans pour aboutir à ce résultat.

Mais il reste à convaincre surtout deux laboratoires à rejoindre le patent pool, Merck pour le raltégravir (Isentress) et Johnson & Johnson pour le darunavir (Prezista). Pour l’instant, les associations reconnaissent que les discussions sont au point mort.

Retrouvez toutes les infos sur les combinaisons d’antirétroviraux sur le Pilulier de Yagg.