Le torchon brûle entre Act Up-Paris et la présidente du Centre LGBT Paris-IdF, Christine Le Doaré. Dans un mail envoyé ce matin à l’ensemble du conseil d’administration du Centre et que nous nous sommes procuré, l’association de lutte contre le sida tance très sévèrement sa présidente. «Vous avez très certainement, en tant que membres du CA du Centre LGBT et surtout en tant qu’acteurs associatifs de la communauté, votre avis sur les propos tenus par Christine Le Doaré envers l’action menée vendredi par Act Up-Paris et Idaho», écrit l’association.

DES PROPOS TENUS SUR FACEBOOK
Les propos incriminés ont été postés par Christine Le Doaré sur Facebook le jour de la manifestation, organisée le 8 juillet dernier en soutien aux militants LGBT russes (voir Manifestation devant l’ambassade de Russie à Paris: Les premières images). «Ridicule!, pouvait-on lire sur le mur de la présidente du Centre LGBT Paris-IdF, accessible à tou-te-s. Il y en a qui ne savent vraiment plus quoi inventer pour se faire de la pub, qui confondent action politique et promo perso, qui se préoccupent moins du résultat que de l’opé de communication et qui instrumentalisent les luttes, surtout quand ce ne sont pas les leurs! Pathétique! Et en plus ils invitent les autres assos comme du public ou des médias à assister à leur mascarade! Impayable!».

À l’heure où elle publiait ces quelques lignes, Audrey Grelombe, coprésidente d’Act Up-ParisLouis-Georges Tin, fondateur du comité Idaho, Nikolai Alekseev, activiste russe, et le photographe américain Charles Meacham avaient été arrêté-e-s devant l’Ambassade de Russie, alors qu’ils/elles venaient remettre les signatures de la pétition d’AllOut.org contre les violences faites aux manifestant-e-s durant la dernière Pride de Moscou, au motif que le rassemblement n’était pas déclaré. Conduit-e-s au commissariat pour un contrôle d’identité, les activistes ont été libéré-e-s dans l’après-midi, à l’exception de Nikolai Alekseev, retenu au commissariat de police jusque vers 22 heures (lire Ambassade de Russie: Nikolai Alekseev a été libéré).

«NOUS EXIGEONS LA DÉMISSION DE CHRISTINE LE DOARÉ»
«Derrière les propos méprisants de Christine Le Doaré, estime l’association dans son courriel, il y a eu des arrestations intolérables (croyez-vous vraiment que nous avons choisi, en allant remettre une pétition un vendredi matin, de nous faire arrêter par deux cars de police? Nous n’avons pas ce pouvoir…), et notamment celle d’un activiste russe qui ne retire qu’une conclusion de son voyage à Paris: la police française agit comme la police russe.»

«Sans doute que cet activiste aurait apprécié être soutenu par l’ensemble de la communauté en France. Mais cela n’est visiblement pas la priorité de certain-e-s», déplore Act Up-Paris. «Vous n’êtes pas obligé de réagir, et on ne vous en voudra pas. Mais de notre côté, nous ne tolérerons plus ce mépris. Nous exigeons la démission de Christine Le Doaré», conclut l’association.

Contactée par téléphone, Christine Le Doaré raille l’action d’Act Up-Paris. «Il faudrait qu’ils apprennent la démocratie», déclare-t-elle. Mettant en avant le caractère privé de ses propos sur son mur Facebook, pourtant visible par tous, elle campe sur ses positions. «Act Up est une association qui ne représente qu’elle-même. Si on veut vraiment soutenir la communauté LGBT russe, on mobilise l’ensemble des associations et des acteurs concernés. Chacun ses méthodes mais qu’Act Up assume toute seule dans ce cas.» Avant de brutalement couper court à l’interview. Affaire à suivre, donc.