Non, non et non, l’intérêt et l’affection de Lady Gaga pour la communauté LGBT n’ont rien de marketing ou de posé. Que l’on puisse soupçonner une telle intrigue de Lady Gaga l’agace. Elle s’en explique dans un portrait que lui consacre le magazine américain The Advocate, qui liste également les 10 raisons de lui ficher la paix et dont la couverture (ci-contre, cliquer pour l’agrandir) est ornée d’un auto-portrait de la chanteuse: «Dire que j’utilise la communauté LGBT pour vendre des albums est sans doute l’une des affirmations les plus ridicules que l’on peut faire à mon sujet. Outre mes fans, l’amour de la musique, la bonne santé de ma famille, la chose essentielle à laquelle je pense tous les jours c’est la justice sociale et l’égalité».

«AUCUNE VENTE D’ALBUM NE PEUT RIVALISER AVEC CE MOMENT»
Pour étayer le propos, elle raconte l’histoire d’une rencontre avec un jeune militaire, la veille de l’entretien. Un soldat gay «qui avait peur d’être renvoyé ou jugé ou découvert», raconte Lady Gaga. Le jeune homme lui a également confié que «le combat aux États-Unis contre Don’t ask, Don’t tell (DADT) et le combat pour l’égalité le rendait plus fort et le rassurait, poursuit-elle. Il m’a donné sa veste d’uniforme (…) Nous nous sommes juste étreints et nous avons pleuré. Quiconque dit que je ne suis pas sincère n’a pas envie de gagner ce combat. Nous avons partagé un moment vrai et merveilleux et je me souviens m’être dit «Il n’y a aucune vente d’album, aucune tête de chart qui peut rivaliser avec ce moment. C’est cela dont il s’agit».

«Fanitude» aigüe ou observation distanciée? Dans ses actions récentes de la pop star, notamment dans le combat pour l’abrogation de DADT, Lady Gaga a l’air de savoir de quoi elle parle.

QUEEN OF POP
Pop star désignée Queen of Pop par Rolling Stone qui lui a arrogé ce titre le 29 juin. Pour l’élection, un calcul pas piqué des hannetons sur les multiples facettes des carrières… ventes d’albums, qualité des critiques de vingt chanteuses, mais aussi leur visibilité sur les réseaux sociaux, sur les sites de partage d’images, notes critiques.

Au classement final, Lady Gaga arrive en tête devant Taylor Swift, une chanteuse de country qui a vendu plus d’albums qu’elle en 2010. Gaga se rattrape sur le téléchargement, elle est deuxième sur YouTube derrière Rihanna, première sur les passages de ses chansons à la radio, elle a 6 millions de fans de plus sur Facebook et Twitter que Rihanna (50 millions)… Elle est devancée par Taylor Swift au nombre de récompenses mais précède Beyoncé, Gaga est quatrième au classement des critiques… Un classement dont Rolling Stone indique qu’il dépend aussi des dates de sorties des albums, classement sorti par exemple alors que le quatrième opus de Beyoncé venait de tomber dans les bacs, le dernier datant de 2009. Signe des temps, Madonna ne figure pas parmi les 16 chanteuses retenues pour le test.