Xavier Bertrand a réaffirmé qu’il souhaitait ouvrir le don du sang aux homosexuels.

« MA POSITION EST CONSTANTE »
« Ma position est constante, explique le ministre de la Santé. Je pense que c’est une erreur de dire que parce qu’on est homosexuel, il y a plus de risque quand on donne son sang. Si vous êtes un hétérosexuel qui a des partenaires multiples non protégés, il y a plus de risques  qu’un homosexuel fidèle. Voila, c’est aussi simple que cela. »
Cette déclaration, Xavier Bertrand l’a faite lors d’un café politique avec des militants UMP de Neuilly sur Seine, vraisemblablement le 5 juillet dernier. Le groupe Pourquoi sang priver, qui milite pour l’ouverture du don du sang aux gays, vient de publier la vidéo de cette déclaration du ministre sur sa page Facebook.

Le ministre de la Santé n’était pas intervenu il y a quelques semaines, lorsque la secrétaire d’État à la Santé, Nora Berra avait provoqué un tollé suite aux révélations de Yagg sur ses déclarations concernant l’homosexualité comme « facteur de risque pour le VIH ».
La secrétaire d’État, après avoir fait amende honorable, avait cependant réaffirmé que l’homosexualité était une contre-indication permanente pour le don du sang.

En 2006, alors qu’il était déjà ministre de la Santé, Xavier Bertrand avait affirmé qu’il était favorable à l’ouverture du don du sang aux homosexuels, avant de faire machine arrière. Roselyne Bachelot, qui lui avait succédé avenue de Ségur, avait fermé le dossier en réaffirmant l »exclusion des gays.

« EN ATTENTE D’UNE NOUVELLE DÉCISION EUROPÉENNE »
Dans la vidéo postée sur Facebook, Xavier Bertrand explique être en attente d’une décision européenne sur cette question à la rentrée et dès que « cette décision sera rendue », le ministre « prendra ses responsabilités pour pouvoir l’autoriser ».
Je trouve que ça c’est une discrimination qu’on ne s’explique pas. » Il y a quelques semaines, le parti auquel  appartient Xavier Bertrand votait en masse contre l’ouverture du mariage pour les couples homosexuels. Il semble qu’à cette occasion, les parlementaires n’ont eu aucune difficulté avec cette discrimination.