Cyndi Lauper, qui sera en concert ce dimanche 3 juillet, à l’Olympia, à Paris, est depuis longtemps ce que les Américain-e-s appellent une «straight ally» (une «alliée hétéro»).

Elle ne se contente pas de signer des pétitions à l’objet tellement vague qu’il serait difficile de s’y opposer, ni de se pointer de temps en temps lors d’une manifestation pour montrer son soutien. Avec le True Colors Tour, une tournée annuelle à laquelle participent de nombreux/ses artistes, la chanteuse récolte des fonds reversé à des associations LGBT. Avec la campagne Give A Damn, elle s’adresse essentiellement aux hétéros, pour les sensibiliser aux inégalités et les pousser à rejoindre la lutte pour l’égalité des droits.

À l’occasion de ce concert en France, Yagg lui a posé quelques questions sur son engagement, ses actions, l’ouverture du mariage aux couples gays et lesbiens à New York…

La semaine dernière, New York est devenue le 6e État nord-américain (le 7e si l’on compte la Californie pré-Prop 8) à autoriser les couples de même sexe à se marier. C’est aussi le premier à le faire alors qu’il est dirigé par une majorité républicaine. Vous attendiez-vous à ce que le vote soit positif maintenant? J’avais grand espoir qu’il le soit. À partir du moment où j’ai appris à quel point le gouverneur Andrew Cuomo tenait à ce que l’égalité devant le mariage soit adoptée et que j’ai vu les efforts des associations LGBT ici, aux États-Unis et à New York, ça m’a rendue optimiste.

Et ce qui m’a convaincue que c’était gagné, c’est la réaction de mes concitoyen-ne-s new-yorkais-es, qui ont montré leur soutien en sollicitant encore et encore leurs élu-e-s. Tout s’est parfaitement combiné, entre une volonté forte de notre gouvernement, les leaders communautaires et les habitant-e-s de New York. Je n’ai jamais été plus fière d’avoir été new-yorkaise toute ma vie.

Vous êtes impliquée dans la lutte pour les droits LGBT depuis des années, avec le True Colors Tour, la campagne Give A Damn etc. Pourquoi nous aimez-vous à ce point? Parce que l’égalité pour tou-te-s est un principe que nous devrions tou-te-s chérir et dont nous devrions faire une priorité. Quand j’étais enfant dans les années 1960, j’ai vu des Afro-Américain-e-s et des blanc-he-s marcher ensemble dans le mouvement des droits civiques. J’ai été élevée par une mère célibataire à une époque où c’était mal vu, et j’ai vu personnellement l’impact de la discrimination et ce qui arrive quand les gens s’unissent pour la surmonter. Alors quand j’ai vu des membres de ma famille, mes ami-e-s, mes fans être victimes de discrimination en raison de leur homosexualité, de qui ils/elles aimaient, j’ai su qu’il fallait que je m’élève contre cela, et je ne me suis jamais rassise.

Votre travail jusqu’ici était focalisé sur les droits LGBT aux États-Unis, mais récemment Give A Damn a ajouté les questions internationales à ses préoccupations. Quand des personnes peuvent être arrêtées et emprisonnées dans plus de 70 pays dans le monde parce qu’elles sont homos ou trans’, et dans certains pays être condamnées à mort, comment aurions-nous pu ne pas ajouter ce sujet à la campagne. Nous formons une race humaine, nous devons être solidaires les un-e-s des autres, nous devons faire tout ce qu’il est possible de faire au-delà des frontières physique afin de garantir que personne ne soit victime de discrimination, blessé, ou pire, tué, simplement en raison de son orientation sexuelle ou de son identité de genre. Nous valons mieux que ça, les humain-e-s peuvent et doivent être meilleur-e-s que ça.

Avez-vous envisagé de faire venir le True Colors Tour en Europe? Oui, nous avons essayé et essayons encore de faire venir le True Colors Tour en Europe. Avec un peu de chance, nous y parviendrons dans un futur proche.

Vous avez réussi à impliquer de nombreuses personnalités dans ce combat, que ce soit avec le True Colors Tour ou la campagne Give A Damn. Que leur dites-vous pour les embarquer avec vous? Nous n’avons pas eu besoin de leur dire grand chose si ce n’est que c’est pour l’égalité. Nous avons eu la chance que nombre de mes collègues du monde du spectacle participent, dès que nous avons demandé à des gens ils ont immédiatement accepté. C’était merveilleux et je leur en serai éternellement reconnaissante. L’égalité est une question qui compte beaucoup pour chacun-e d’eux/elles.

Anna Paquin a fait son coming-out de bisexuelle dans l’une des vidéos de Give A Damn. Saviez-vous qu’elle allait le faire? C’est quelqu’un de formidable et en participant à cette campagne elle a ouvert les cœurs et les esprits de nombreuses personnes. À mes yeux c’est une héroïne, au même titre que toute personne qui est prête à faire son coming-out et devenir un aussi bon exemple qu’Anna.