Deux belles finales à Wimbledon, des Françaises qui brillent en Coupe du monde de foot… Rêvons un peu!

Le songe de l’équipe de France. Engagées dans la Coupe du monde, les Bleues brillent, tout simplement, qui se sont qualifiées, jeudi, pour les quarts de finale de la compétition pour la première fois de leur histoire. Prochaine étape, mardi soir, l’Allemagne, double tenante du titre qui joue chez elle. Histoire de savoir qui finira en tête de la poule de qualification.

Les Françaises font plaisir à voir. Une partie musclée contre le Nigeria (1-0) et un match flamboyant contre le Canada (4-0), le troisième but marqué par Camille Abily sur une passe de la capitaine Sandrine Soubeyrand. Il y a des occasions de jeu, du bonheur à jouer, de magnifiques gestes techniques. Les témoignages des joueuses parlent de «rêve» de «jouer ensemble», de « continuer le plus loin possible ». Ça paraît banal mais ça sent l’aventure, presque une odyssée avec la n°10 Louisa Necib élue joueuse du match contre le Nigéria, Gaëtane Thiney (photo), auteure d’un doublé jeudi contre le Canada, ou Laura Georges, intransigeante en défense. Pourvu que ça dure.
Mardi à 20h45 sur Eurosport

L’espoir de Maria Sharapova et Petra Kvitova. Finale alléchante cette après-midi sur le court central de Wimbledon. Une revenante contre une novice. Maria Sharapova qui confirme son retour au sommet rencontre Petra Kvitova. Il y a sept ans, à Londres, la Russe remportait dès sa première apparition en finale un tournoi du grand chelem. Elle avait dix-sept ans, elle allait devenir première mondiale l’année suivante. La grave blessure à l’épaule semble oubliée, Maria Sharapova a l’occasion de renouer avec son prestigieux passé.

Petra Kvitova a 21 ans. C’est l’une des attractions du circuit. Élue révélation de la saison 2010 par l’association des joueuses professionnelles (WTA), elle n’en finit pas de grimper les échelons. Elle est la première joueuse gauchère en finale du prestigieux rendez-vous depuis 17 ans et depuis Martina Navratilova, son idole, qui était jeudi en tribune jeudi. Martina Navratilova, qui n’avait pu alors accrocher une dixième victoire battue par une surprenante Conchita Martinez.
À 15 heures sur Canal+

Le rêve de Djokovic. Encore une deuxième finale de rêve. Novak Djokovic contre Rafael Nadal, tenant du titre. Hier, à la faveur de sa victoire contre le Français Jo-Wilfried Tsonga, le Serbe est devenu numéro un mondial, détrônant l’Espagnol. Novak Djokovic est récompensé pour son exceptionnel début de saison (41 victoires d’affilée).

Wimbledon est pour lui comme pour tant d’autres un rêve de gosse. Le tournoi qu’il regardait et espérait gagner quand il avait quatre ou cinq ans, a-t-il raconté. Avec sa place de n°1 mondial, il a passé une première étape. Et maintenant la finale contre Rafael Nadal qui lui aussi avait réalisé un rêve en 2008 lors de sa première victoire à Londres. L’Espagnol avait prouvé qu’il pouvait être autre chose qu’un vainqueur de terre battue. Il a désormais des succès dans touts les grands chelems dans sa besace.

Rencontre au sommet de deux hommes qui ont chacun un atout dans la confrontation: Nadal n’a jamais perdu contre Djokovic dans les tournois du grand chelem, mais Djokovic l’a battu quatre fois cette année en finale des tournois d’Indian Wells, Miami, Madrid et Rome.
Dimanche, à 15 heures sur Canal+

Le rêve passe pour les basketteuses bleues. Une défaite in extremis, lors de la prolongation en demi-finale de l’Euro contre la Turquie (68-62) et les Bleues ont perdu leur titre hier soir en Pologne. Pour espérer des Jeux olympiques, la bande de Sandrine Gruda et Edwige Wade-Lawson devra passer par un tournoi pré-olympique.

La finale opposera la Russie à la Turquie. Les Françaises ont l’occasion de se consoler avec le match pour la médaille de bronze contre la République Tchèque. Une autre histoire. Bon week-end.
Petite finale à 18 heures et finale à 20h45 sur Sport+

Photo F.F.F.