Derrière des avatars pré-dessinés, ils et elles peuvent librement parler d’homosexualité, de culture, de religion ou de transition FtoM. Sur Ahwaa.org, un site communautaire destiné aux personnes LGBT de la péninsule arabique et du Maghreb, il n’est pas question de se rencontrer. Juste de discuter. Esra’a Al Shafei, la directrice de Mideast Youth, l’organisation à l’origine d’Ahwaa.org, a répondu aux questions de Yagg.

Pourquoi Mideast Youth a-t-elle décidé de créer Ahwaa.org? L’objectif de Mideast Youth est de faire entendre les voix du progrès et de la diversité qui se battent pour le changement en Moyen-Orient et en l’Afrique du Nord via Internet. Ahwaa.org est une plateforme bilingue (anglais/arabe) que les personnes LGBT de la région peuvent utiliser pour s’exprimer à l’abri des préjugés et des abus. Nous pensons que cette plateforme a un rôle important à jouer car au vu des risques, beaucoup de personnes LGBT gardent leurs problèmes pour elles-mêmes, alors qu’il est crucial pour elles d’échanger avec d’autres qui rencontrent des expériences similaires et qui peuvent leur donner des conseils utiles. Elles se sentiront alors moins seules dans leur combat.

Combien de membres sont enregistré-e-s? De quels pays proviennent-ils/elles? Nous avons environ 150 membres sur le site depuis son lancement en avril. Dans la mesure où l’on ne révèle les pays des utilisateurs, nous ne savons pas quels pays sont les plus présents, mais la région du Golfe est très représentée, surtout que le site est est basé au Bahreïn. Le genre de nos utilisateurs est aussi un mystère pour nous, nous collectons un minimum d’informations sur eux et ils ne partagent que ce qu’ils veulent partager. Toutes ces informations sont optionnelles, nous nous concentrons sur leurs récits plutôt que sur leur identité.

Vous ne vouliez clairement pas faire de ce site un lieu de rencontres. Pourquoi? Faire des rencontres relève du domaine personnel. Chacun peut en faire de son côté pendant son temps libre, à l’abri du public. Ahwaa.org est un forum public dont le but est d’améliorer la compréhension de qui sont les personnes LGBT en tant qu’individus, quels sont leurs espoirs et leurs aspirations. Il y une telle variété de difficultés auxquelles la communauté LGBT doit faire face que nous voulions que les utilisateurs se concentrent dessus de façon à s’entraider. Il y a d’autres endroits où les gens peuvent se rencontrer, ce n’était pas une priorité pour nous, et nous avions le sentiment que ce qui manquait, c’était un endroit où discuter de ses problèmes.

Si vous ne pouvez pas voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur Ahwaa.org: A space to debate LGBTQ-related issues in the Middle East

Sur le site, tout le monde est anonyme pour plus de sécurité. Craignez-vous une censure du gouvernement? Mideast Youth est-elle menacée en raison de son engagement? Les menaces ne proviennent pas uniquement des gouvernements de la région, mais aussi de la société civile. Précisément celle que nous cherchons à atteindre, en fait. Avec nos projets, notre mission a toujours été d’influencer et de changer la perception des gens sur des sujets tabous. Je vis au Bahreïn, et bien entendu, je me sens menacée, mais c’est juste un point de détail. Je suis trop passionnée par mon travail pour laisser la peur m’empêcher de faire ce que je juge nécessaire. Nous sommes environ six membres dans l’équipe de Mideast Youth, en provenance de toute la région. Nous nous sommes trouvés via Mideast Youth, où ils ont d’abord été auteurs, avant de gérer des projets, ce qu’ils font en tant que bénévoles.

Comment avez-vous réagi à la nouvelle qu’Amina Arraf était en fait un homme vivant aux États-Unis? Heureusement, je n’avais jamais lu son blog avec attention ou communiqué avec cet individu. J’ai juste été soulagée que la vérité soit dévoilée avant qu’il y ait plus de dégâts. Les gens stupides qui font des choses de ce genre rendent notre travail incroyablement difficile. J’espère juste que ce n’est pas une habitude qui va perdurer.

Quel est votre sentiment sur le printemps arabe actuel? Croyez-vous que les nouveaux régimes qui émergeront seront moins violents à l’encontre des personnes LGBT? Comme beaucoup de gens, cette révolution m’inspire beaucoup. Il faut beaucoup de courage pour se tenir en première ligne et demander des libertés dont beaucoup d’entre nous ont été privé-e-s pendant des décennies. Je suis optimiste mais j’essaie aussi d’être prudente. Je pense qu’il est encore trop tôt pour savoir ce que tout cela signifiera pour les droits des personnes LGBT dans les pays de la région.