Au sein de Sidaction, la nouvelle a été accueillie avec un certain soulagement. Le Conseil d’administration du jeudi 23 juin, durant lequel ont été votées des aides aux chercheurs pour un montant de 2,5 millions d’euros, a été l’occasion pour Pierre Bergé, qui préside Sidaction, d’annoncer la nomination d’un nouveau directeur général.

RESPONSABLE D’UNE GROSSE ASSOCIATION
Son nom ne sera connu que début juillet et il s’agit du responsable d’une grosse association. Il devrait rejoindre l’équipe de Sidaction en septembre. L’information, non encore officielle, a été confirmée à Yagg par plusieurs sources. Le recrutement du nouveau directeur général s’est fait par le biais d’un cabinet spécialisé.

Cela faisait plusieurs mois que le principal bailleur de fonds de la lutte contre le sida en France était sans directeur général, depuis le départ de Bertrand Audoin, resté à la tête de la structure pendant près de 11 ans. Ce dernier a rejoint l’International Aids Society comme nous l’annoncions en février dernier.

Depuis, des noms circulaient pour le remplacer, dont celui d’Éric Fleutelot, actuel directeur général adjoint et chargé des programmes internationaux de Sidaction. Il n’aurait pas été retenu.

Éric Fleutelot, qui travaille à Sidaction depuis plus de 15 ans, aurait été nommé porte parole de l’association, fonction qu’il cumulerait avec son poste de directeur des programmes internationaux et celui de secrétaire général en remplacement d’Olivier Ségot, l’homme de confiance de Pierre Bergé et actuel directeur de publication du magazine Têtu.

PÉRIODE DIFFICILE
Ce changement à la tête de Sidaction met fin à une période qui selon certains a été particulièrement difficile. L’arrivée en 2010 d’un nouveau directeur administratif et financier et la nomination d’un nouveau directeur général devraient permettre à l’association, qui compte plus de 50 salariés, d’envisager l’avenir dans un climat plus serein.