Égalité des droits, Société | 17.06.2011 - 19 h 14 | 0 COMMENTAIRES
  • Comité Idaho
  • Conseil des droits de l'Homme des Nations Unies
  • Joel Bedos
  • Louis-Georges Tin
  • onu

L’Onu adopte une résolution sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre pour la première fois

Publié par
À Genève, le Conseil des droits de l'Homme de l'Onu reconnaît que les discriminations et les violences à l'encontre des personnes LGBT constituent une violation des droits fondamentaux.

Les retombées ne sont pas monumentales mais symboliquement, l'étape franchie est importante: le Conseil des droits de l'Homme de l'Onu a adopté une résolution qui oblige les États membres à discuter des discriminations fondées sur l'orientation sexuelle et l'identité de genre. Un rapport sur les violences pratiquées à travers le monde en raison de l'orientation sexuelle et l'identité de genre doit également être rendu public en décembre.

«Une discussion et un rapport, ça peut avoir l'air un peu faiblard, admet Joël Bedos, coordinateur international du Comité Idaho. Mais cette résolution montre que le Conseil admet en creux que c'est un sujet qui le concerne. Jusqu'à présent, il considérait que ce n'était pas un sujet en soi, et il n'en parlait pas.» En clair, en votant cette résolution par 23 voix contre 19 et 3 abstentions, les Nations unies considèrent que les violences liées à l'orientation sexuelle ou à l'identité de genre d'une personne peuvent constituer une violation des droits fondamentaux.

«L'AFRIQUE DU SUD A BRISÉ LA TRADITION DU GROUPE AFRICAIN»
Si cette affirmation peut sembler évidente dans le monde occidental au XXIe siècle (et encore), elle ne l'est pas du tout dans d'autres parties du monde, notamment en Afrique et au Moyen-Orient. C'est l'Afrique du Sud qui a proposé cette résolution, mais ce pays a par la même occasion tourné le dos aux autres pays africains (au Conseil des Droits de l'homme, les États s'expriment par zones géographiques). Pour l'ambassadeur nigérian, «plus de 90% de la population d'Afrique du Sud est contre cette résolution. Ce pays, qui est un pilier du continent, a brisé la tradition du groupe africain. Il est très intéressant de remarquer qu'il s'associe avec les pays occidentaux désormais».

Ce qui est en jeu ici, c'est la conception même des droits humains et de ce qu'ils recouvrent. Le Brésil, par exemple, se réjouit de cette résolution car elle renoue avec les valeurs prônées en 1948 par la Déclaration des droits de l'Homme ratifiée par tous les États membres lors la naissance de l'Onu. L'ambassadeur en profite pour rappeler que ce texte affirme que «tous les êtres humains sont nés libres et égaux en dignité et en droits sans distinction». Mais pour le Pakistan et les pays de l'Organisation de la conférence islamique (OCI), «discuter de notions très controversées telles que les prétendues orientation sexuelle et identité de genre» est une source d'inquiétude. Ils ont voté contre cette résolution car elle amènerait à débattre de sujets liés à «des comportements qui n'ont rien à voir avec les droits humains».

LA NÉCESSITÉ D'UNE «VÉRITABLE DÉPÉNALISATION DE L'HOMOSEXUALITÉ»
Ce texte constitue aussi un progrès en ce qu'il mentionne explicitement l'identité de genre et donc les violences à l'encontre des personnes transgenres. «Avant, c'était toujours éludé», se souvient Joël Bedos. Mais le militant redoute que l'ouverture de cette discussion soit un motif pour abandonner d'autres revendications. Louis-Georges Tin, président du Comité Idaho, insiste donc sur la nécessité d'une «véritable dépénalisation de l'homosexualité dans le monde». Et il demande à la France de présenter cette résolution à l'Onu.

Les pays qui ont voté en faveur de la résolution: Argentine, Belgique, Brésil, Chili, Cuba, Equateur, Espagne, Etats-Unis, France, Guatemala, Hongrie, Japon, Maurice, Mexique, Norvège, Pologne, République de Corée, Royaume-Uni, Slovaquie, Suisse, Thaïlande, Ukraine, Uruguay

Les pays qui ont voté contre la résolution: Angola, Arabie Saoudite, Bahreïn, Bengladesh, Cameroun, Djibouti, Fédération de Russie, Gabon, Ghana, Jordanie, Malaisie, Maldives, Mauritanie, Moldavie, Nigeria, Ouganda, Pakistan, Qatar, Sénégal

Les pays qui se sont abstenus: Burkina Faso, Chine, Zambie

Absents: Kirghizstan, Libye (suspendue)

Print This Post
Photo du profil de Julien Massillon
Publié par
Journaliste de Yagg. Retrouvez-moi sur Twitter.
Autres articles | Profil | Compte Twitter
 
LES réactions (0)

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.