L’ouverture du mariage aux couples homosexuels suscite actuellement un débat intense dans les couloirs du Sénat de l’État de New York. Les sénateurs/trices, en majorité républicain-e-s, freinent des quatre fers avant l’ouverture du débat et le vote. L’Assemblée, elle, majoritairement démocrate, a voté hier, pour la quatrième fois, un texte en ce sens.

Le Sénat n’est dominé par les républicain-e-s que d’une courte majorité avec 32 sénateurs/trices républicain-e-s contre 30 démocrates. Et sur cette loi, la discipline de vote pourrait voler en éclats. Sur les 62 élu-e-s que compte la chambre, 31 ont publiquement déclaré qu’ils/elles voteraient cette loi. Il ne manque donc plus qu’une voix pour faire basculer le vote.

La majorité républicaine s’est réunie à huis clos pendant plus de quatre heures mercredi matin. À la sortie, une seule déclaration: la discussion reprendrait ce jeudi.

À l’Assemblée, le débat a été passionné. Les partisan-e-s de l’ouverture du mariage et leurs opposant-e-s ont eu l’occasion d’y confronter leur vision de la société. Les détracteurs/trices du texte ont exprimé leur souci quant aux valeurs religieuses. Pour Nancy Calhoun, «le mariage, c’est entre un homme et une femme». «Le mot «mariage» n’est pas nécessaire pour les droits que méritent les personnes homosexuelles. Elles peuvent les obtenir via des unions civiles», explique-t-elle, développant le même argumentaire que François Bayrou. Mais aux yeux de sa consœur Janet Duprey, elle aussi républicaine, la question ne se pose plus: après avoir voté contre cette loi en 2007, elle a changé d’avis au contact de parents de gays et de lesbiennes.

Jusqu’à aujourd’hui, la majorité républicaine au Sénat a toujours fait barrage aux lois favorables au mariage des couples homos votées par l’Assemblée. Si l’État de New York adopte le texte, il deviendra le sixième État américain à autoriser le mariage pour tous, derrière le Massachusetts, le Connecticut, l’Iowa, le New Hampshire et le Vermont, auxquels il faut ajouter la ville de Washington. En Californie, la bataille autour de la Proposition 8 (qui a retiré aux couples homos le droit de se marier) se poursuit: mardi, une cour fédérale a rejeté la requête des partisan-ens de Prop 8, qui demandaient l’annulation de la décision du juge Walker (lire Proposition 8, les réactions: joie et optimisme pour la suite) au motif qu’il est homosexuel.

Photo Matt H. Wade