Le titre de cet article (qui reprend un coup de gueule de la yaggeuse Risah sur la communauté Yagg) est volontairement provocateur et réducteur, mais la question se pose.

Pas en ces termes exactement, évidemment (on sait qu’il y a de vraies lesbiennes sur internet, il y a au moins moi…). Mais déjà certaines sont obligées – ou se sentent obligées, ce qui revient au même – de prouver qu’elles existent et sont bien qui elles disent être, comme Melanie Nathan, qui, jusqu’il y a 15 jours, écrivait d’excellents articles sur le site lesbien américain Lez Get Real.

LEZ GET REAL
Si Melanie Nathan se sent aussi visée, c’est parce qu’après l’admission de Tom MacMaster qu’Amina Arraf n’existe pas et qu’il est le véritable auteur du blog A Gay Girl In Damascus, le doute s’est porté sur l’existence de Paula Brooks, fondatrice de Lez Get Real, qui a beaucoup soutenu «Amina Arraf». Doute fondé puisqu’il s’avère que si Paula Brooks existe bien, elle n’est ni lesbienne ni fondatrice du site, qui a en réalité été créé par son mari, Bill Graber.

Selon le Washington Post, Bill Graber aurait lancé le site pour aborder les sujets LGBT en raison de la façon dont était traité un couple de lesbiennes avec lequel il était ami: «Je n’ai pas utilisé mon véritable nom parce que je pensais que les gens ne prendraient pas le site au sérieux puisque j’étais un homme hétéro». Si cela n’excuse en rien l’imposture, force est d’admettre qu’il n’a pas complètement tort sur ce point précis. Et l’identité de la personne qui a créé le site n’enlève rien à la qualité des articles qui y étaient publiés. Lez Get Real va tenter de survivre, désormais dirigé par Linda S. Carbonell (qui pose une autre bonne question: c’est quoi ces hommes hétéros qui se prennent pour des lesbiennes?) et Bridgette LaVictoire, sa fille semble-t-il.

Le côté amusant de l’histoire (il en faut bien un), c’est que «Paula Brooks» et «Amina Arraf» se dragouillaient vaguement. L’aspect humoristique s’arrête là.

Tom MacMaster a accordé une interview au quotidien britannique The Guardian, par Skype. «Je regrette que de nombreuses personnes aient l’impression que je les ai trompées, explique-t-il dans la vidéo ci-dessous. Je regrette qu’un certain nombre de personnes aient le sentiment que mon imposture détourne l’attention des vraies informations, de ce qu’il se passe vraiment en Syrie et des vraies inquiétudes de vrais blogueurs sur le terrain où leur véracité sera remise en doute.» C’est peu de le dire…

Si vous ne pouvez pas voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur Gay Girl in Damascus hoaxer – video