Réunie en assemblée générale à Lyon le 28 mai dernier, l’Autre Cercle, la fédération qui lutte contre l’homophobie, la lesbophobie et la transphobie dans le monde du travail, a renouvelé son bureau et présenté ses projets pour les prochains mois… et ils sont nombreux!

Baromètre, études, conférence internationale: Philippe Orillac, cadre commercial à Toulouse, fraîchement réélu à la présidence de l’Autre Cercle, en dit plus pour Yagg Pro.
Pensez-vous que la question de l’orientation sexuelle au travail va faire partie des débats de campagne de l’élection présidentielle de 2012? Logiquement, la question devrait faire partie des débats… Ce sera en tout cas aux associations LGBT de savoir le rappeler. À l’Autre Cercle, nous essayerons de le faire en cohérence et cohésion avec les autres associations et dans le respect des différentes sensibilités politiques de nos adhérent-e-s. Au-delà de l’élection présidentielle, ce sera aussi une occasion de rencontrer les candidats aux législatives. Nous avons remarqué qu’il y a vraiment un gros travail de fond à faire auprès d’eux car c’est un sujet qu’ils ne maîtrisent souvent pas… Nous l’avons encore vu récemment avec les propos inadmissibles de Brigitte Barèges.

Vous avez un nombre impressionnant de projets pour les prochains mois, dont la publication en septembre d’un baromètre « Mon entreprise est-elle gay-friendly? » en partenariat avec Randstad. De quoi s’agit-il? Quelle sera sa fonction? Le travail est impressionnant grâce à nos nombreux bénévoles non seulement en Ile-de-France où nous sommes les plus nombreux mais également dans les autres régions. Concernant ce projet, l’étude est en cours et elle est financée grâce à un partenariat avec Randstad. Elle consiste au dépouillement d’un questionnaire réalisé auprès d’une quarantaine d’entreprises sur leurs pratiques vis-à-vis de la prise en compte des orientations sexuelles. Sur la base de ces résultats, nous pourrons dresser la liste des bonnes pratiques et accompagner les structures qui veulent progresser. Nous devrions communiquer ces résultats dès l’automne prochain.

Vous allez aussi publier une étude « Origine et orientation sexuelle ». Pourquoi mettre en parallèle ces deux aspects de la diversité? Je le dis très souvent, on ne peut pas lutter contre un critère de discriminations si on ne lutte pas contre tous les autres aussi. Ceci dit, chaque critère a sa problématique et les cas sont encore plus complexes lorsque plusieurs critères interviennent. Nous avions déjà travaillé sur la double discrimination « Femme et homosexuelle », nous avons choisi cette fois-ci « Origine et orientation sexuelle ». Cette étude, réalisée grâce à l’Autre Cercle Ile-de-France, abordera spécifiquement les difficultés rencontrées dans le monde du travail par cette population. À noter que nous préparons aussi une étude sur la double discrimination « Orientation sexuelle et séropositivité ». Elle est en cours de réalisation grâce à nos antennes alsacienne et languedocienne.

Une autre étude intitulée « Diversité et Performances » sera publiée en décembre. De quoi s’agit-il? Après avoir publié le livre blanc en 2004 où il s’agissait pour la première fois de faire un état des lieux,  le livre Diversité au travail: n’a-t-on rien oublié? en 2007 où il s’agissait de bien faire prendre conscience que ce critère ne devait pas être laissé de coté, nous souhaitons démontrer à l’entreprise que la diversité est bien une source de richesse, une source de meilleure performance. En ces temps de crise, il est important de faire prendre conscience à l’entreprise qu’il ne s’agit pas seulement d’un sujet à traiter sous la contrainte législative.

Enfin, en novembre, vous organisez une conférence internationale à Strasbourg sur les difficultés de circulation en Europe pour les couples LGBT dans le cadre notamment de mutations professionnelles. Pourquoi ce thème? Le monde du travail ne s’arrête pas à nos frontières. Nous pouvons avoir une mutation à l’étranger ou recevoir en France des collègues d’autres nationalités. Que se passe-t-il lorsqu’un Espagnol marié est muté avec son conjoint en France? Certaines entreprises commencent aujourd’hui à faire face à des cas complexes… Ce sujet a suscité un vrai intérêt partout en Europe, le professeur Kees Waalddijk de l’Université de Leyde aux Pays-Bas présentera à cette occasion les résultats de ses recherches sur les 43 pays européens. Nous venons d’ouvrir un site internet spécifique pour cette conférence si vous voulez en savoir plus ou vous inscrire.

Le profil de Philippe Orillac sur Yagg Pro: @philippeo