C’est au nom des Droits de l’Homme que le Forum européen des chrétiens LGBT a demandé au pape de «condamner les actes de violence contre les lesbiennes, les gays, les bisexuels et les personnes transgenres (LGBT), et de permettre la dépénalisation des actes homosexuels à travers le monde». Dans une lettre ouverte datée du 7 mai 2011, mais rendue publique à l’occasion de l’EuroPride à Rome, les catholiques chrétien-ne-s dénoncent le silence du chef de l’Église sur ces questions.

Évoquant tour à tour la situation des personnes LGBT en Ouganda (notamment le meurtre de David Kato) et le refus du Vatican de se prononcer contre les discriminations fondées sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre, les auteur-e-s de cette lettre tentent de placer Benoit XVI face à ses responsabilités en tant qu’autorité religieuse de premier plan. Mais ils/elles appellent aussi de leurs vœux une réforme profonde au sein de l’Église: fin de l’interprétation littérale des textes bibliques, renoncement aux «thérapies réparatrices» adressées aux personnes homosexuelles et bénédictions de couples homosexuels dans l’Église.

S’il est à peu près certain que le pape ne changera pas son discours pour autant, cette lettre a le mérite de faire entendre une remise en cause venue de l’intérieur.

Photo Andreas Tille

Soutenez votre média LGBT indépendant sur J’aime l’info!