Le Monde Magazine présente un lycée catholique pas tout à fait comme les autres: au lycée professionnel et technologique catholique de La Salle, à Rennes, il fait bon être homo. Comme le montrent les témoignages d’Anthony, 19 ans, ou des profs, dont ceux de Dominique Berthier, prof d’allemand et militant de l’association des chrétiens LGBT David et Jonathan, et de Jean-Pierre Carrasco, prof d’anglais et homoparent.

«Il faut être cohérent entre ce qu’on dit et ce qu’on fait, explique Florence Develter, la directrice adjointe. Moi, je veux de bons profs, cela ne m’intéresse pas de savoir s’ils ‘sont de la chapelle ou pas’, comme on dit ici. Ce n’est pas ce regard-là que je pose sur la personne. Quant aux jeunes, il est important qu’ils puissent parler, et ils le feront s’ils se sentent accueillis tels qu’ils sont, sans jugement moral, avec bienveillance. Qu’Anthony puisse s’assumer, cela le fait grandir, s’épanouir, et cela fait grandir toute la communauté éducative.»

De bonnes nouvelles, donc, sur un front où elles sont assez rares. On regrettera néanmoins qu’un léger parfum de follophobie se dégage de l’article, avec cette phrase qui, si elle n’est pas étonnante dans la bouche d’un ado qui découvre la vie et cherche l’acceptation, aurait pu conduire à se demander si un élève moins «dans la norme» que lui serait aussi à son aise dans ce qui est présenté, finalement, comme un petit coin de paradis: «Certains m’ont dit que dans l’émission de télé-réalité Secret Story, l’homo faisait sa folle. Je leur ai répondu que les homos étaient généralement représentés comme ça, mais qu’il y avait aussi des gens normaux comme moi». À lire sur Le Monde.fr [fr].

Soutenez votre média LGBT indépendant sur J’aime l’info!