array(28) { ["SERVER_SOFTWARE"]=> string(6) "Apache" ["REQUEST_URI"]=> string(123) "/2011/06/09/debat-sur-le-mariage-a-lassemblee-nationale-une-premiere-historique-deux-elu-e-s-ump-courageux-peu-de-suspense/" ["REDIRECT_STATUS"]=> string(3) "200" ["HTTP_HOST"]=> string(8) "yagg.com" ["HTTP_X_REAL_IP"]=> string(13) "54.81.221.161" ["HTTP_X_FORWARDED_FOR"]=> string(13) "54.81.221.161" ["HTTP_CONNECTION"]=> string(5) "close" ["HTTP_USER_AGENT"]=> string(39) "CCBot/2.0 (http://commoncrawl.org/faq/)" ["HTTP_ACCEPT_LANGUAGE"]=> string(28) "en-us,en-gb,en;q=0.7,*;q=0.3" ["HTTP_ACCEPT"]=> string(63) "text/html,application/xhtml+xml,application/xml;q=0.9,*/*;q=0.8" ["PATH"]=> string(28) "/usr/local/bin:/usr/bin:/bin" ["SERVER_SIGNATURE"]=> string(0) "" ["SERVER_NAME"]=> string(8) "yagg.com" ["SERVER_ADDR"]=> string(9) "127.0.0.1" ["SERVER_PORT"]=> string(2) "80" ["REMOTE_ADDR"]=> string(13) "54.81.221.161" ["DOCUMENT_ROOT"]=> string(32) "/home/yagg/public_html/yagg.com/" ["SERVER_ADMIN"]=> string(18) "[no address given]" ["SCRIPT_FILENAME"]=> string(41) "/home/yagg/public_html/yagg.com/index.php" ["REMOTE_PORT"]=> string(5) "58790" ["REDIRECT_URL"]=> string(123) "/2011/06/09/debat-sur-le-mariage-a-lassemblee-nationale-une-premiere-historique-deux-elu-e-s-ump-courageux-peu-de-suspense/" ["GATEWAY_INTERFACE"]=> string(7) "CGI/1.1" ["SERVER_PROTOCOL"]=> string(8) "HTTP/1.0" ["REQUEST_METHOD"]=> string(3) "GET" ["QUERY_STRING"]=> string(0) "" ["SCRIPT_NAME"]=> string(10) "/index.php" ["PHP_SELF"]=> string(10) "/index.php" ["REQUEST_TIME"]=> string(10) "1464639294" }
Égalité des droits, Mariage, Société | 09.06.2011 - 16 h 35 | 0 COMMENTAIRES
  • assemblée nationale
  • brigitte barèges
  • Christian Vanneste
  • christine boutin
  • Claude Bodin
  • Étienne Blanc
  • Franck Riester
  • gilles bon-maury
  • Henriette Martinez
  • hes
  • Jean-Louis Borloo
  • Jean-Marc Ayrault
  • marie-george buffet
  • Michel Diefenbacher
  • Michel Mercier
  • noël mamère
  • Olivier Dussopt
  • ouverture du mariage aux couples de même sexe
  • patrick bloche
  • Sandrine Mazetier
  • Stéphanie et Élise
  • Stéphanie Nicot
  • Yves Jégo

Débat sur le mariage à l’Assemblée nationale: Une première historique, deux élu-e-s UMP courageux, peu de suspense

Publié par
Ce matin, jeudi 9 juin 2011, pour la première fois, la question de l'ouverture du mariage aux couples de même sexe était en débat à l'Assemblée nationale.

Ce matin, jeudi 9 juin 2011, pour la première fois, la question de l'ouverture du mariage aux couples de même sexe était en débat à l'Assemblée nationale (et vous avez pu le suivre en direct avec Yagg sur Twitter, en attendant notre vidéo). L'information, pourtant d'importance (une première historique, ça n'arrive pas tous les jours), n'a pas franchement intéressé la presse française, le gratuit Métro mis à part qui en a fait sa Une.

CINQ UMP
À l'Assemblée non plus, le sujet n'a pas passionné. Si la gauche était, disons, raisonnablement représentée – la peur d'un remake de 1998? –, l'on comptait, pour la droite, 5 UMP. Les Christian Vanneste, Brigitte Barèges, Étienne Blanc & co ne s'étaient pas déplacé-e-s – ou peut-être avaient-ils/elles reçu la consigne de s'abstenir, histoire d'éviter d'attirer trop l'attention sur un débat auquel le gouvernement n'est pas favorable?

Après la présentation de la proposition de loi par son rapporteur, Patrick Bloche, qui a regretté le «manque d'audace de la commission des lois» (elle a rejeté le texte le 25 mai dernier), le Garde des Sceaux a pris la parole sur ce «sujet de société dont il faut mesurer les conséquences». Pour Michel Mercier, ce débat était «l'occasion de montrer l'attachement de notre société au mariage».

C'est un point sur lequel tou-te-s les intervenant-e-s, de droite comme de gauche, sont d'accord, mais les conséquences qu'ils/elles en tirent varient. Pour les uns, étendre le mariage aux couples gays et lesbiens serait une sorte d'outrage à la République et aux valeurs de la France, pour les autres (plus nombreux/ses ce matin), «rien ne justifie plus de réserver le mariage à une catégorie de citoyens» (Sandrine Mazetier, groupe SRC).

ORDRE NATUREL
Les références aux valeurs religieuses de la France et à l'ordre naturel sont revenues plusieurs fois dans les discours des députés UMP. Christine Boutin n'est plus députée, elle n'a donc pas eu à brandir sa bible, mais Michel Diefenbacher a réussi à citer le Concile de Latran, avant d'insister sur le fait qu'«un couple d'homosexuels ne peut pas avoir d'enfants», prouvant une nouvelle fois que pour de nombreux/ses politiques, l'homoparentalité est cantonnée à l'adoption. «Dans cette affaire, nous ne voulons juger personne, nous ne voulons condamner personne, a-t-il répété. Oui à l'égalité des sexes, oui à la liberté de chacun, mais non à l'indifférenciation des sexes. La femme n'est pas un homme comme les autres, l'homme n'est pas une femme comme les autres.» Un discours qui lui a valu quelques sifflets et «amen» venus des rangs de la gauche.

À plusieurs reprises la gauche a rappelé que la majorité des enfants naissait hors mariage, que le mariage n'est pas un engagement à faire des enfants, et que sinon il faudrait interdire le mariage aux couples stériles…

«Le mariage, c’est l’institution républicaine qui protège le couple dans la société et chaque époux à l’intérieur du couple. Dans ces conditions, comment accepter plus longtemps que la République refuse encore cette protection à des citoyens en fonction de leur seule orientation sexuelle, a souligné Olivier Dussopt (SRC). Lorsqu’elles s’ouvrent à tous sans discrimination, les institutions républicaines portent un message: message d’encouragement à ceux qui attendent un signe de la République pour vivre leur vie sans crainte et s’affirmer tels qu’ils sont, message de condamnation de ceux qui, à la maison, à l’école, au travail ou dans la rue se rendent coupables de violence à l’égard de ceux qu’ils jugent inférieurs parce que leur orientation sexuelle est minoritaire. Elles portent aussi un message à nos voisins, belges, hollandais, espagnols ou portugais, évoqués par le rapporteur, dont le mariage n’est aujourd’hui pas reconnu en France parce qu’ils sont deux époux ou qu’elles sont deux épouses. Il est temps de rattraper ce retard qui plonge la France dans le passé».

Évoquant le «paradoxe» que représente le mariage qui a uni, samedi dernier, à Nancy, Stéphanie Nicot, de Trans Aide, et sa compagne Élise (les deux femmes ont pu se marier parce qu'aux yeux de la loi, Stéphanie est un homme, puisqu'elle ne parvient pas à obtenir son changement d'état civil), Marie-George Buffet, qui a déposé fin mars une proposition de loi sur la parentalité, a eu cette jolie phrase: «la République n’a pas à sonder les cœurs de ses citoyens». «Le sens que les époux donnent à leur mariage ne regarde pas la collectivité, a-t-elle poursuivi. Le mariage est, du point de vue de la République, un acte d’état civil.»

Lire la suite et la fin page suivante

Print This Post
Profile photo of Judith Silberfeld
Publié par
Cofondatrice et rédactrice en chef de Yagg.
Autres articles | Profil | Compte Twitter
 
LES réactions (0)

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.