Le week-end dernier, les marches de Nancy, Montpellier et Lille ont rencontré un vif succès.

Le samedi 4 juin 2011, plus de 18000 personnes se sont réunies à Montpellier, malgré la pluie, sous le mot d’ordre «Sans égalité, pas de Démocratie! En 2011 je marche, en 2012 je vote». Un grand succès donc pour cette 17e édition de la marche dans le Languedoc-Roussillon, qui avait à cœur de présenter une solidarité commune face à toutes les discriminations. À Lille, c’est près de 7000 participant-e-s qui se sont rassemblé-e-s dans les rues, dans la volonté de défendre une «Égalité pour toutes et tous dans les diversités». À Nancy, environ 2000 personnes ont pris part aux festivités qui cette année étaient placées sous un mot d’ordre radical, «L’État décapite nos droits, nous trancherons en 2012».

Car si une fois de plus la fête, la joie et la danse étaient à l’honneur, à un an de la prochaine élection présidentielle, les marches dans ces trois villes étaient extrêmement politisées et militantes.

L’exigence du respect par la France de la devise républicaine «liberté, égalité fraternité» était omniprésente à Lille, Montpellier et Nancy en ce samedi.

À Nancy, lors du discours de clôture, les responsables des associations organisatrices de la marche (Couleurs Gaies, Équinoxe Nancy Lorraine, Trans Aide) ont invité les politiques à se manifester en faveur de l’égalité des droits. À la fin de la Marche des diversités Gay Pride montpelliéraine, la Lesbian & Gay Pride Montpellier Languedoc-Roussillon a quant à elle rappelé que la communauté LGBT constitue une grande force électorale qui entend peser sur le scrutin de l’élection présidentielle et dont les revendications ne se limitent pas au mariage et à l’adoption.

Photo Couleurs gaies

Vous aimez Yagg? Aidez-nous à continuer en cliquant ici.