array(28) { ["SERVER_SOFTWARE"]=> string(6) "Apache" ["REQUEST_URI"]=> string(47) "/2011/06/06/stephanie-et-elise-se-sont-dit-oui/" ["REDIRECT_STATUS"]=> string(3) "200" ["HTTP_HOST"]=> string(8) "yagg.com" ["HTTP_X_REAL_IP"]=> string(14) "54.162.172.144" ["HTTP_X_FORWARDED_FOR"]=> string(14) "54.162.172.144" ["HTTP_CONNECTION"]=> string(5) "close" ["HTTP_USER_AGENT"]=> string(39) "CCBot/2.0 (http://commoncrawl.org/faq/)" ["HTTP_ACCEPT_LANGUAGE"]=> string(28) "en-us,en-gb,en;q=0.7,*;q=0.3" ["HTTP_ACCEPT"]=> string(63) "text/html,application/xhtml+xml,application/xml;q=0.9,*/*;q=0.8" ["PATH"]=> string(28) "/usr/local/bin:/usr/bin:/bin" ["SERVER_SIGNATURE"]=> string(0) "" ["SERVER_NAME"]=> string(8) "yagg.com" ["SERVER_ADDR"]=> string(9) "127.0.0.1" ["SERVER_PORT"]=> string(2) "80" ["REMOTE_ADDR"]=> string(14) "54.162.172.144" ["DOCUMENT_ROOT"]=> string(32) "/home/yagg/public_html/yagg.com/" ["SERVER_ADMIN"]=> string(18) "[no address given]" ["SCRIPT_FILENAME"]=> string(41) "/home/yagg/public_html/yagg.com/index.php" ["REMOTE_PORT"]=> string(5) "44368" ["REDIRECT_URL"]=> string(47) "/2011/06/06/stephanie-et-elise-se-sont-dit-oui/" ["GATEWAY_INTERFACE"]=> string(7) "CGI/1.1" ["SERVER_PROTOCOL"]=> string(8) "HTTP/1.0" ["REQUEST_METHOD"]=> string(3) "GET" ["QUERY_STRING"]=> string(0) "" ["SCRIPT_NAME"]=> string(10) "/index.php" ["PHP_SELF"]=> string(10) "/index.php" ["REQUEST_TIME"]=> string(10) "1464174135" }
Égalité des droits, Société | 06.06.2011 - 16 h 11 | 0 COMMENTAIRES
  • André Rossinot
  • Michel Mercier
  • nancy
  • Olivier Husson
  • résolution 1728
  • Stéphanie et Élise
  • Stéphanie Nicot
  • Trans Aide

Stéphanie et Elise se sont dit oui!

Publié par
Ce samedi 4 juin, Stéphanie Nicot et Elise, en couple depuis 4 ans, se sont dit «Oui» à la mairie de Nancy, quelques heures avant le début de la Marche des fiertés LGBT.

Ce samedi 4 juin, Stéphanie Nicot et Élise, en couple depuis 4 ans, se sont dit «Oui» à la mairie de Nancy, quelques heures avant le début de la Marche des fiertés LGBT. Cette union entre deux femmes, toujours interdite en France, a été rendue possible par le fait que Stéphanie Nicot, née homme, est toujours considérée comme tel par l’état civil.

«BEAUCOUP D'ÉMOTION»
La cérémonie était «affectueuse et émouvante, des larmes ont coulé», confie Stéphanie Nicot à Yagg, «heureuse d’avoir une femme aussi jeune et jolie». Sa compagne, Elise, n’étant pas militante, il était important pour les deux femmes de préserver dans ce mariage une part de privé et d’intimité, et de pouvoir célébrer leur union avec leurs proches et leurs familles avant tout.

«Même l'adjoint au maire était ému», ajoute Stéphanie. «Beaucoup d’émotion, beaucoup de bonheur partagé, a commenté l’adjoint au maire qui a uni les deux femmes, Olivier Husson, interrogé par BFM TV. C’était pour moi un mariage tout à fait traditionnel et sans aucune exception. Nous avons respecté les valeurs de la République et puis nous en avons ajouté une, c’est celle de l’humanisme.» Stéphanie Nicot n’a pas manqué de rappeler que la mairie de Nancy est dirigée par André Rossinot, membre du Parti radical valoisien (UMP), et que «cela montre que la ligne de fracture concernant la tolérance n’est pas la même ligne de fracture que celle des questions sociales, elle est plus complexe».

D’un point de vue militant, l'objectif était de montrer à la communauté homo que les trans' sont avec elle, pour un mariage ouvert à tou-te-s, sans différence, et aussi, bien évidemment, de faire un pied de nez à la France, en montrant à cette dernière ses contradictions et à quoi elles peuvent mener. «C’est une situation folle», souligne Stéphanie.

UN MARIAGE ANCRÉ DANS UN COMBAT
Stéphanie Nicot se bat depuis des années en faveur d’un droit au changement d’état civil sans exigence d’un traitement hormonal conduisant à la stérilisation: «Comment l’État français ose-t-il nous imposer cela? C’est humiliant, monstrueux, inquisiteur», s’indigne-t-elle.

La mariée nous rappelle que le Conseil de l’Europe a adopté la résolution 1728, dont l’article 16.11.2 appelle les États membres à mettre en place «des documents officiels reflétant l’identité de genre choisie, sans obligation préalable de subir une stérilisation ou d’autres procédures médicales comme une opération de conversion sexuelle ou une thérapie hormonale». Or, si par l'intermédiaire de ses quatre représentants la France a, à l'échelle européenne, avalisé ce texte, ce dernier n’a pas force à s’imposer aux législations nationales. Et les ministres français-e-s ne semblent pas disposé-e-s à répondre favorablement au combat de Stéphanie et de son association Trans Aide: «Quand on voit qu’en Allemagne la procédure pour modifier les conditions de changement d’état civil est engagée, et que des ministres de droite à Bruxelles sont en accord avec nos idées, on a vraiment l’impression d’un retard sociétal en France. Même la gauche laïque ne se manifeste pas».

Cette idée est confortée par les propos de Michel Mercier, ministre de la Justice, qui, le 30 décembre, a réaffirmé sa volonté d’imposer aux personnes transidentitaires des conditions d’état civil totalement contraires à la résolution 1728 (lire Stérilisation des trans’: La France exige de ses citoyen-ne-s ce qu’elle combat en Europe).

Stéphanie Nicot s'est pourvue en cassation, mais se fait peu d’illusion face à «une cour conservatrice». Elle a cependant été agréablement surprise par la sympathie massive qu’a suscité son mariage.

Photo DR

Cet article vous a plu? Soutenez notre travail en cliquant ici.

Print This Post
 
LES réactions (0)

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.