Le conseiller régional Jean-Luc Romero demande aux parlementaires homosexuel-le-s de tous bords – ils et elles seraient « plusieurs dizaines » selon lui – de dire la vérité sur leur orientation sexuelle pour soutenir la proposition de loi socialiste sur l’ouverture du mariage aux couples de même sexe.

« L’HEURE DE VÉRITÉ EST ARRIVÉE »
Dans un communiqué de presse publié ce matin, il s’explique: « L’heure de vérité est donc arrivée pour les élus homosexuels même si [je] comprend[s] bien sûr que certains ne peuvent dire publiquement leur identité tant l’homophobie est encore développée dans le milieu politique. Cependant, [je] ne peu[x] plus accepter que ces élus, qui ne peuvent assumer leur différence, continuent à cautionner un statut de sous citoyen pour les LGBT tel qu’il existe encore dans notre pays et votent contre les mesures d’égalité quand des députés UMP continuent à les qualifier d’inférieurs voire récemment les assimilent à des animaux. »

Joint par téléphone, Jean-Luc Romero précise sa démarche à Yagg: « Dans les médias, il y a une certaine complaisance. Les déclarations homophobes des uns et des autres ne suscitent que peu de réactions. La droite dure est reçue à l’Élysée. Dans ce contexte, les parlementaires homosexuel-le-s doivent arrêter de se taire ».

Le 9 juin prochain sera discutée à l’Assemblée nationale la proposition de loi socialiste visant à ouvrir le mariage aux couples de même sexe, dont le rapporteur est le député Patrick Bloche. À l’occasion du chat de Yagg lundi 30 mai, ce dernier avait déclaré à un internaute qui l’interrogeait sur l’absence de parlementaires ouvertement homosexuels: « Je n’en connais pas la raison précise. Peut-être parce que notre tradition républicaine amène à ce qu’un parlementaire soit l’élu de la nation et non pas le représentant d’une communauté. »

En Europe, de très nombreux pays comptent dans leur parlement des élus gays ou lesbiennes. La France fait ainsi figure d’exception.

Soutenez votre média LGBT indépendant sur J’aime l’info!