Samedi 4 juin, ce sont les villes de Lille, Montpellier et Nancy qui seront traversées par la Lesbian & gay pride ou Marche des Fiertés. Le mot d’ordre général pour l’ensemble des manifestations est « Pour l’égalité: en 2011 je marche, en 2012 je vote ». Les enjeux liés à l’élection présidentielle sont donc dans toutes les têtes.

POSITIONNEMENT ET VIGILANCE
Selon Vincent Autin, président de la Lesbian & Gay Pride Montpellier Languedoc-Roussillon, il est question cette année de montrer à la classe politique que la communauté LGBT est consciente du poids électoral qu’elle représente et qu’elle attend des politiques, et surtout des futur-e-s candidat-e-s à la présidence, un véritable positionnement sur la question de l’égalité des droits. Car s’il est majoritairement acquis dans les esprits qu’une grande partie des personnalités politiques de gauche est en faveur des revendications exprimées par la communauté LGBT, dans l’hémisphère droit de l’échiquier politique, le débat reste entier, nous explique Vincent Autin. Il reste du potentiel à découvrir.

« On ne connait pas encore les programmes, confie à Yagg Vincent Autin, et c’est le moment d’être vigilant face aux différentes promesses qui pourront être formulées lors de la campagne. Une promesse est une dette et la communauté est là pour surveiller ». Même prudence s’agissant du 9 juin prochain, date à laquelle sera débattue la proposition de loi de Patrick Bloche (PS) concernant l’ouverture du mariage aux personnes de même sexe: « Avec le 9 juin, la France a l’occasion de légaliser le mariage des personnes de même sexe, explique Vincent Autin, mais si les militants LGBT sont plein d’espérance, ils ne sont pas naïfs pour autant et doivent être vigilants face aux dérapages qui peuvent avoir lieu ».

TOUTES LES DIVERSITÉS
Outre le mot d’ordre général, les différentes villes possèdent leurs propres consignes. Ainsi, la 16e édition de la Lesbian & Gay Pride lilloise sera placée sous le signe de la contestation des discriminations faites à toutes les minorités, dans un contexte social que Franck Danvers, président de la Lesbian & Gay Pride Lille, qualifie comme étant de plus en plus réactionnaire: « Il est question d’élargir le sujet, de défendre une égalité dans toutes les diversités ». Ce dernier attend donc plus de 10000 personnes réunies sous le mot d’ordre « Égalité pour toutes et tous: Quand? ».

À Montpellier, la Gay Pride-Marche des Diversités aura pour ligne de conduite « Sans égalité, pas de démocratie », et Vincent Autin nous rappelle qu’il n’est pas question ici de réduire les revendications seulement au mariage, à l’homoparentalité et à l’adoption.

Enfin à Nancy, le rassemblement se fera derrière le slogan: « L’État décapite nos droits… nous trancherons en 2012 ».

CLIMAT LOCAL FAVORABLE
Nancy, Montpellier et Lille bénéficient il faut le rappeler d’un soutien local non négligeable, à commencer par la ville de Montpellier dont la maire, Hélène Mandroux, a reçu cette année le Prix Pierre Guénin contre l’homophobie et la palme d’Or de l’Idaho qui récompense la ville la plus innovante en matière de prévention contre l’homophobie.

Vincent Autin nous exprime ainsi sa satisfaction à l’égard de la région Languedoc-Roussillon qui est fortement engagée, et de la ville de Montpellier qui est aux côtés des LGBT depuis plusieurs années et qui assume sa prise de position en étant par exemple la seule ville à ériger lors de la gay pride des drapeaux sur lesquels on trouve l’inscription « Oui au mariage ». Selon Vincent Autin, il ne faut pas négliger l’impact des élus locaux sur les enjeux nationaux.

Pour Franck Danvers, le combat des minorités bénéficie d’un soutien « de plus en plus pertinent » de la part de la mairie socialiste de Lille, qui a à sa tête une candidate potentielle aux primaires du Parti socialiste, Martine Aubry. Enfin, pour ce qui est de la ville de Nancy et de sa région, rappelons que le maire André Rossinot (UMP-Parti radical) et Laurent Hénart, député de Meurthe-et-Moselle et secrétaire général du Parti radical, ont signé pour la première fois le bulletin envoyé par le Collectif LGBT Lorraine pour affirmer leur soutien aux revendications exprimées par la communauté et ont encouragé personnellement la Marche des fiertés, se positionnant ainsi clairement sur la question de l’égalité des droits, comme le réclament les marches cette année.

À Lille, départ à 14h, Place de la République.

À Montpellier, départ à 15h, Jardin du Peyrou.

À Nancy, départ à 17h, Place Carrière.

Lire aussi: Deux femmes vont se marier à Nancy samedi

Cet article vous a plu? Soutenez notre travail en cliquant ici.