«Il faut que la mobilisation continue!», répète Guillaume Bonnet, interviewé par Yagg. Le responsable de campagne du mouvement AllOut est profondément choqué par la répression à l’encontre des manifestants de la gay pride de Moscou. Aujourd’hui, il appelle les internautes à signer une pétition en ligne exigeant du président russe Dmitri Medvedev qu’il condamne les violences et pousse le maire de Moscou, Sergueï Sobianine, «à légaliser une fois pour toutes» la Moscow Pride. L’objectif: faire entendre aux autorités russes que l’opinion mondiale est fortement opposée à l’interdiction de la gay pride.

«Cela fait six années consécutives que la marche des fiertés est interdite à Moscou!, s’indigne le militant. Et les gens ne le savent pas. Ils pensent que Moscou est une capitale européenne comme Paris, Londres, Madrid ou Rome, mais c’est loin d’être le cas.» Pour faire changer les choses, AllOut a contacté le maire de Paris Bertrand Delanoë pour qu’il fasse une déclaration publique au sujet des violences qui ont eu lieu samedi 28 mai.

À court terme, le but est de faire en sorte que le sujet ne soit pas éclipsé. «Chaque année, des personnes LGBT se font tabasser. On en parle un jour dans les journaux puis on n’en parle plus jusqu’à ce qu’elles se fassent tabasser l’année suivante, déplore Guillaume Bonnet. Si Delanoë en parle, les médias russes le reprendront».

Le mouvement AllOut n’existe que depuis six mois environ, mais il a déjà une grande victoire à son actif: en recueillant 500000 signatures en quatre jours, les militant-e-s d’AllOut sont parvenu-e-s à empêcher le vote de la loi anti-gay en Ouganda. Ils/elles espèrent aujourd’hui parvenir à un résultat au moins aussi bon en Russie.

Pour signer la pétition, rendez-vous sur AllOut.org.

Lire tous nos articles sur la gay pride de Moscou 2011.

Photo Charles Meacham

Vous aimez Yagg? Aidez-nous à continuer en cliquant ici.