Brigitte Barèges

Les propos de Brigitte Barèges au sujet du mariage pour les couples de même sexe (« Et pourquoi pas des unions avec des animaux? Ou la polygamie? ») suscitent depuis hier soir une vague d’indignation de la part d’associations et de personnalités politiques.

C’est à l’occasion de l’examen à huis-clos, mercredi 25 mai, par la commission des lois de l’Assemblée nationale de la proposition de loi socialiste pour « ouvrir le mariage aux couples de même sexe », que la députée UMP de Tarn-et-Garonne, membre de la Droite populaire, a tenu ces propos qu’on croyait d’un autre âge.

EXCUSES
Dans un communiqué diffusé dans la soirée
, Brigitte Barèges réaffirme « qu’elle retire des propos maladroits dont elle conteste qu’ils présentaient un caractère homophobe » et « souhaite le cas échéant s’excuser auprès de ceux qu’ils auraient pu blesser car telle n’était pas son intention ».

De son côté, dans un communiqué laconique, Jean-François Copé, le secrétaire général de l’UMP condamne « ces propos inacceptables [qui] ne sont évidemment en rien le reflet d’une quelconque position de l’UMP » et « prend acte » des excuses de la députée.

Plusieurs associations LGBT ont manifesté leur indignation suite à ce dérapage.

SANCTIONS
Le Collectif contre l’homophobie (CCH) demande à Jean-François Copé des sanctions à l’encontre de Brigitte Barèges et signale que « ces propos méprisants et violents s’inscrivent dans la droite lignée de ceux tenus régulièrement par les édiles de droite que sont Renaud Dutreil, Henri Plagnol, Dominique Dord, Christine Boutin, Christian Vanneste, Jacques Myard, Thierry Mariani ou Gérard Longuet ».

L’Inter-LGBT « attend de la part du président de l’Assemblée nationale toute la fermeté nécessaire pour éviter que de tels dérapages se reproduisent lors du débat en séance publique » prévu le 9 juin prochain. Même inquiétude de la part de SOS homophobie qui « souhaite que ce « dérapage » reste un cas isolé, et que les élu-e-s qui débattront à l’Assemblée nationale le 9 juin prochain fassent preuve de dignité ».

« CONQUÊTE ÉLECTORALISTE »
Quant à l’Association des familles homoparentales (ADFH), elle estime que « la conquête électoraliste ne doit pas se faire au prix de l’insulte, du mépris, de la déconsidération ». Elle laisse « l’intéressée rejoindre le zoo de la préhistoire des droits de l’homme et [invite] les autres responsables politiques à prendre en compte la réalité sociale de notre société, y compris dans sa diversité familiale ».

« LA DROITE LA PLUS CONNE DU MONDE »
Côté personnalités politiques, le député UMP Franck Riester a réagi auprès de l’AFP condamnant « fermement » des « propos honteux » et « ignobles ». Dans les rangs de l’opposition, Christophe Girard (PS), adjoint au Maire de Paris chargé de la Culture, estime sur son blog la sortie de la députée « pathétique et vulgaire. La droite la plus conne du monde vient de se réveiller à visage découvert. Avis aux amateurs, je souhaite inviter Madame Barèges à débattre avec moi sur le mariage des personnes de même sexe ». Dans un communiqué, Jean-Luc Romero (PS), conseiller régional d’Ile-de-France « s’inquiète de savoir jusqu’où iront certains députés l’UMP et estime que ce parti, s’il condamne l’homophobie, doit enfin les exclure! ». Enfin Jean-Michel Baylet, président du Parti radical de gauche, condamne « les outrances de la député-maire UMP de Montauban à propos des homosexuels » qui « relèvent des mêmes mécanismes que le racisme en déniant à l’autre son humanité! ».

Cet article vous a plu? Soutenez notre travail en cliquant ici.