Montpellier a, depuis des années, l’image d’une des villes les plus gay-friendly de France (voire de la ville la plus gay-friendly de France). Il n’est donc pas surprenant de voir Hélène Mandroux, maire de la capitale languedocienne, récompensée pour son engagement pour l’égalité des droits et contre l’homophobie.

Hélène Mandroux a ainsi reçu hier, lundi 16 mai, le Prix Pierre Guénin contre l’homophobie (elle envisage de proposer les 4000 euros de dotation au Conseil montpelliérain de la jeunesse pour une campagne de sensibilisation) et devait se voir remettre aujourd’hui la palme d’or de l’Idaho, qui récompense la ville la plus innovante en matière de prévention de l’homophobie – la première palme avait été décernée en 2010 à la ville d’Amiens.

Hier, après la cérémonie, qui se tenait à la mairie du XIIe arrondissement de Paris, dans le cadre de la présentation officielle du rapport annuel de SOS homophobie, Hélène Mandroux a accepté de répondre aux questions de Yagg sur son engagement, l’Appel de Montpellier, ses courriers à Nicolas Sarkozy (restés sans réponse à ce jour, ce qu’elle juge pour le moins discourtois), le mariage symbolique d’un couple gay qu’elle a célébré en février dernier, des mesures qu’elle prend pour soutenir les familles homoparentales, sa volonté de voir la question du mariage débattue à l’Assemblée nationale…

Sur ce dernier point, elle sera peut-être enfin entendue: la proposition de loi de Patrick Bloche visant à ouvrir le mariage aux couples de même sexe est depuis ce matin officiellement à l’ordre du jour de l’Assemblée nationale, le jeudi 9 juin, à 9h30.

Cet article vous a plu? Soutenez notre travail en cliquant ici.