Racisme, sexisme, homophobie… Toutes les discriminations sont dans le viseur du Comité permanent de lutte contre… les discriminations installé hier, lundi 16 mai, par la ministre des Sports Chantal Jouanno. Pour présider ce comité, c’est Laura Flessel qui a été désignée, l’une des plus grandes athlètes actuelles (elle est notamment championne du monde et olympique d’épée) et qui, en 15 ans de carrière au haut niveau, «a tout vu», comme elle l’a expliqué en conférence de presse.

Cette assemblée d’une quarantaine de membres dont des représentants de fédérations sportives, SOS homophobie, SOS Racisme, la Fédération sportive gaie et lesbienne (FSGL), des universitaires, est chargée de mettre en place des «outils opérationnels» pour 2011-2012.

MIEUX COMPRENDRE LE PHÉNOMÈNE
Deux groupes travailleront l’un sur l’aspect juridique des discriminations, l’autre sur la prévention. Il s’agit de «mieux comprendre ce phénomène afin d’intensifier les actions de lutte et de prévention», a souligné Chantal Jouanno. Pour elle, rassembler toutes les discriminations permet d’avoir «une vision large de la discrimination. Chaque action conserve son identité. La loi de 2001 de lutte contre les discriminations fait le lien entre toutes les discriminations».

Pour Laura Flessel, «l’union fait la force. Il faut produire un outil concret et se débarrasser des stéréotypes, éviter la banalisation. Nous allons avoir besoin de diagnostiquer. Il faut le faire en utilisant toutes les expériences de terrain…».

«J’AI ENVIE DE VÉHICULER CES VALEURS»
«Je ne suis pas un prête nom», a lancé la championne, déjà investie dans des associations d’ouverture à l’escrime, notamment. Après avoir rappelé que l’escrime est un sport amateur où les athlètes mêlent vie professionnelle et sportive, elle a précisé: «Je prépare les Jeux olympiques (de Londres 2012) mais j’ai envie de véhiculer ces valeurs».

Comment lutter contre les discriminations? Si la ministre des Sports a évoqué la possibilité de sanctionner, elle a surtout mis l’accent sur la prévention et l’éducation des jeunes arguant que c’est souvent «l’ignorance qui fait le lit de l’intolérance».

Annoncée dès le mois de janvier, l’installation de ce comité vient à point nommé après l’affaire des quotas dans le football: «Cela me conforte dans ma volonté de mettre la question des valeurs du sport au cœur de ma politique».

Une continuité, donc, au ministère des Sports. À la veille de la Journée mondiale de lutte contre l’homophobie et la transphobie, Chantal Jouanno a annoncé que la Charte contre l’homophobie annoncée le 17 mai 2010 par Rama Yade – et lancée en octobre – a été signée par 38 fédérations.

Le comité de lutte contre les discriminations, lui, proposera un premier «point d’étape» en septembre.

Photo Hervé Hamon

Cet article vous a plu? Soutenez notre travail en cliquant ici.