Après une manifestation devant le Sénat, 80 militant-e-s de Aides et d’Act Up-Paris ont été arrêté-e-s et ont passé plus de deux heures au commissariat ce mardi 3 mai. Les manifestant-e-s avaient bloqué pendant deux heures la circulation devant le Palais du Luxembourg afin de protester contre les restrictions du droit au séjour pour soins. Demain, la loi qui réforme dans un sens très restrictif les droits des malades étranger-e-s pourrait être définitivement adoptée.

CONDAMNATION À MORT
Dans notre reportage, Pierre Chappard, le président d’Act Up-Paris, explique que cette loi pourrait entraîner l’expulsion de 28000 malades étranger-e-s et leur condamnation à mort dans leur pays d’origine faute de soins ou de traitement.

De son côté, le président de Aides, Bruno Spire, précise que son association a choisi la méthode forte de l’action publique car les autres modes d’intervention (rencontres avec les parlementaires et des membres du gouvernement) n’ont rien donné. Bruno Spire annonce même que si la loi devait être votée, les militant-e-s de Aides sont prêt-e-s à la désobéissance civile.

Ce reportage vous a plu? Soutenez notre travail en cliquant ici