La scène se passe dans le collège Maréchal-Leclerc de Puteaux, jeudi 28 avril. Rudolf Brazda, 97 ans, dernier survivant connu de la déportation pour motif d’homosexualité, va recevoir des mains de Marie-José Chombart de Lauwe, la présidente de la fondation pour la mémoire de la déportation, l’insigne de chevalier de la Légion d’honneur.

Cette demande de décoration pour Rudolf Brazda a été faite conjointement par Jean-Luc Romero et par les Éditions Florent Massot, éditeur d’Itinéraire d’un triangle rose,  la biographie de Rudolf Brazda co-écrite avec Jean-Luc Schwab. C’est pourquoi, lors de la cérémonie, Jean-Luc Romero a rendu un vibrant hommage au déporté, dont le seul crime aux yeux des nazis, l’amour des hommes, lui  » a valu de connaître la nuit ». Et l’élu régional d’Ile-de-France n’a pas manqué de rappeler que l’homophobie existe toujours: « Aujourd’hui, encore, il est des hommes, parfois des élus de notre Nation, qui considèrent que certains comportements humains sont inférieurs aux autres. Aujourd’hui, encore, il est des hommes qui, par leur absence de protestation devant de telles affirmations, sont coupables de complicité. »

Retrouvez l’intégralité du discours de Jean-Luc Romero en cliquant ici.

Photo © Les Oublié-es-s de la mémoire

Soutenez votre média LGBT indépendant sur J’aime l’info!