Honoré, homosexuel camerounais dont l’expulsion a été plusieurs fois reportée, est passé ce matin en audience à la Cour nationale du droit d’asile (CNDA) devant laquelle il avait fait appel de la décision de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra). L’Ofpra a rejeté sa demande d’asile le 27 août, et depuis, c’est par trois fois qu’Honoré s’est débattu pour ne pas être renvoyé dans son pays d’origine.

Le rapporteur de l’audience a rappelé les conclusions de l’Ofpra. Après avoir quitté le Cameroun suite à la découverte de la relation qui le liait avec Paul, par le père de celui-ci, commandant de gendarmerie, Honoré est arrivé en France en janvier 2010. À l’époque, Honoré avait déclaré avoir été arrêté en 2008 en raison de sa participation aux émeutes. « Le requérant ne précise pas clairement s’il est recherché pour son implication ou pour son homosexualité », a indiqué l’Ofpra dans son rapport.

Cécile Oster, son avocate, a néanmoins souligné dans sa plaidoirie qu’Honoré « ne pensait pas au début pouvoir utiliser son homosexualité pour demander l’asile politique. Il faut rappeler que l’homosexualité est condamnée par 6 mois à 5 ans de prison au Cameroun. C’est une véritable chasse aux sorcières. Il y a un harcèlement général de la part des populations. Les journaux ont même publié des listes d’homosexuels. Il a appris à parler de son homosexualité en France, et son investissement dans l’Ardhis l’a aussi beaucoup aidé ».

Que se passera-t-il si la demande d’asile d’Honoré est rejetée? « Il y a un recours possible devant le Conseil d’État, explique Cécile Ostier à Yagg, mais il ne peut censurer que s’il y a une erreur de droit dans la décision de la Cour, pas si elle rejette la demande pour faits non établis. Il y a aussi toujours la possibilité de demander un réexamen, mais il faut des éléments nouveaux, des nouvelles de membres de sa familles qui pourraient inquiéter par exemple. »

La décision de la CNDA sera rendue publique le 19 mai.

Cet article vous a plu? Soutenez notre travail en cliquant ici.