Le site internet Vox populi a annoncé avoir récolté les 1000 signatures nécessaires à forcer l’organisation d’un référendum sur la décision prise en mars dernier par le gouvernement de rendre légal un contrat d’union civile pour les gays et les lesbiennes (lire Liechtenstein: vers un référendum contre le partenariat pour les couples de même sexe? sur Un complément d’actualité LGBT). Les responsables du site internet ont fait savoir qu’ils avaient remis très exactement 1202 signatures à la chancellerie jeudi dernier. Si les signatures sont validées, le Liechtenstein sera contraint d’organiser un référendum dans les trois mois. Et le gouvernement est tenu d’en faire l’annonce dans un délai de 14 jours. Ces chiffres ne sont pas dérisoires, quand on sait que la petite principauté ne compte qu’environ 34000 habitants.

Le site Vox Populi a été créé par un citoyen de la principauté, Johannes Schraner, avec pour but unique et avoué de contrer la mise en place d’une loi permettant les contrats d’union civile homosexuelle. Mais on ne sait qui se trouve réellement derrière cette initiative. Johannes Schraner sert-il d’homme de paille ou a-t-il vraiment agi en son nom propre? Sur le site web de Vox populi, il est simplement question de citoyens et de citoyennes principautaires d’âges et de tendances divers.

Mgr Wolfgang Haas

Mgr Wolfgang Haas

Comme il fallait s’y attendre, l’archevêché de Vaduz s’est lui aussi clairement exprimé contre la nouvelle loi. Le Vicaire Général a stigmatisé  les actes homosexuels en parlant de « déviation grave » (« schlimme Abirrung »).

L’archevêque Wolfgang Haas avait déjà fait connaître son point de vue lors d’une interview: « L’homosexualité active est objectivement un péché grave, et sa reconnaissance légale produirait un vrai scandale » (« Praktizierte Homosexualität ist objektiv eine schwere Sünde, deren rechtliche Anerkennung geradezu einen Skandal darstellen würde »).

Si les signatures s’avèrent valides, et on peut l’imaginer, les gays et les lesbiennes de la petite principauté seront fixé-e-s sur leur sort dans trois mois. Le Liechtenstein est le seul pays germanophone à ne pas avoir encore octroyé aux homosexuel-le-s la possibilité de contracter une union civile.

Photo Occident

Luc Lebelge

En partenariat avec Munich and Co

Vous aimez Yagg? Aidez-nous à continuer en cliquant ici.