Stéphane Giusti

Joint par Yagg, Stéphane Giusti rend hommage à l’actrice Marie-France Pisier, dont on a appris la disparition ce dimanche.

Dans Pourquoi pas moi?, la pétillante comédie du réalisateur sur le coming-out sortie en 1999 (avec entre autres Amira Casar, Julie Gayet, Bruno Putzulu…), Marie-France Pisier est hilarante en femme d’affaires très occupée qui découvre que sa fille est lesbienne.

« STÉPHANE, JE PEUX DIRE LE MOT « QUEUE »? »
Stéphane Giusti se souvient du tournage et livre un témoignage à la fois drôle et émouvant: « C’est affreux. Elle était tellement vivante dans tous les sens du terme, elle n’arrêtait pas de bouger, elle avait un esprit et une réflexion qui filaient à cent à l’heure. D’ailleurs ce qui m’a frappé chez elle la première fois qu’on s’est vu, c’est son regard, elle était d’une intelligence et d’une culture phénoménales. Sur Pourquoi pas moi?, j’étais un très « jeune » réalisateur (même si je ne suis pas si vieux… hum hum), je l’appelais PMF, comme Pierre Mendès Frrance, ça nous faisait rire. Elle était drôle, tellement drôle. Elle a amené plein de facettes à son personnage, tout ce côté décalé, totalement bourge coincée et qui à un moment pète un plomb et va rouler une pelle à une fille dans une boîte de nuit… Il y a beaucoup de choses qui viennent d’elle, de son humour. Je me souviens, un jour sur le plateau, elle devait tourner une scène avec Alexandra London, et PMF vient me voir et me dit « Stéphane, je peux dire le mot « queue »? Je ne l’ai jamais dit dans un film… ». J’étais mort de rire, je lui ai dit « vas-y, si tu arrives à le placer… ». Et bing, première prise, elle regarde Alex et lui dit « ma chérie, les hommes ont une queue. On ne va pas leur enlever ça quand même… ». On a rit pendant une heure sans pouvoir s’arrêter. C’était PMF. Elle m’a appris tant de choses. Je lui dois énormément. »

Un extrait:

Si vous n’arrivez pas à voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur Pourquoi pas moi? Extrait.

Cet article vous a plu? Soutenez notre travail en cliquant ici.