Il y a un peu plus d’un an, nous publiions sur Yagg le témoignage d’Élodie Lucas, qui s’est vu refuser les 11 jours de congé paternité auquel ont droit les pères à la naissance d’un enfant (lire Refus de « congé paternité »: Élodie Lucas témoigne).

COMBAT
Un an plus tard, Élodie et sa compagne, Karine, poursuivent leur combat. Le 6 avril, la Cour européenne les a informées de la recevabilité de leur requête, qui sera traitée en priorité, ont-elles indiqué à Yagg. Le gouvernement français a donc été invité à présenter ses observations avant le 6 juin.

« LOTERIE »
Au mois d’août 2010, Maria Vasquez Perez, elle aussi compagne de la mère biologique de son enfant, avait obtenu de son employeur, le Centre hospitalier de Cannes, un « congé de parentalité » de 11 jours. « Maria est rémunérée par l’employeur, expliquait à l’époque sur Yagg Philippe Rollandin, porte-parole de l’Association des parents gays et lesbiens (APGL). Par la Sécurité sociale ce serait impossible parce qu’elle considère qu’il faut qu’il y ait un père légal donc un couple hétéro. Elle aurait dû prendre un congé sans solde. Ce n’est pas la première fois que des entreprises accordent ce genre de congés mais c’est la loterie car certaines les accordent, d’autres non et encore parfois elles peuvent rémunérer les personnes concernées, parfois non. »

Cet article vous a plu? Soutenez notre travail en cliquant ici.