France
Société | 16.04.2011 - 09 h 15 | 62 COMMENTAIRES
Homophobie en prison: L’appel au secours d’un détenu du centre pénitentiaire de Caen
Publié par
Un couple de détenus du centre pénitentiaire de Caen serait victime d'homophobie de la part de deux des surveillants de la prison. Une enquête est en cours, mais elle semble stagner…

« Je vous demande s’il serait possible de vous rencontrer, car je me suis pacsé avec un codétenu (…) et on n’arrête pas d’être insultés, menacés par deux surveillants jumeaux. Ainsi, mon conjoint a prévenu le parquet, le ministère de la Justice, la Haute Autorité, et déposé plainte à la demande de monsieur l’avocat général, et depuis, rien n’a été fait. »

C’est le 20 mars 2011 que l’association Ban public, dont le but est « de favoriser la communication sur les problématiques de l’incarcération et de la détention, et d’aider à la réinsertion des personnes détenues », a reçu cet appel au secours d’un détenu du centre pénitentiaire (CP) de Caen, victime d’homophobie.

Très vite, Benoit David, avocat et responsable du pôle juridique de l’association, a écrit à la direction du centre pénitentiaire de Caen, à la Direction interrégionale des services pénitentiaires (DISP), au Contrôleur général des lieux de privation de liberté (CGLPL) – vers lequel la Halde avait orienté le couple – ainsi qu’à Noël Mamère, vice-président du groupe d’étude sur les prisons et les conditions de vie carcérale à l’Assemblée nationale, en vue d’une saisine de la Commission nationale de déontologie de la sécurité. À ce jour, seul le CGLPL a fourni une réponse, et a engagé une enquête auprès de la direction de l’établissement.

Un second courrier du détenu a véritablement alarmé Benoit David. À la vue de cette correspondance, il semblerait qu’aucune mesure concrète n’ait été prise pour garantir la sécurité psychologique du couple. « On subit encore des insultes homophobes telles que « pédés », « bande d’enculés » « trainées, j’aurais honte de me pacser avec un homme », écrit le détenu. J’ai voulu en parler au sous-directeur de la détention et il a refusé de me rencontrer ou de rencontrer mon ami qui n’en peut plus. Il a même fait une tentative de suicide. »

« L’ENQUÊTE EST EN COURS »
Clément Cavelier, l’avocat du couple, n’est pas très optimiste:  » Une enquête a été lancée mais ça n’ira pas loin. Le directeur du centre et les deux surveillants en cause ont été entendus par la police. L’absence de témoignages et de preuves va sans doute conduire à classer le dossier. J’ai discuté avec le directeur du centre, nous verrons ce qu’il adviendra, mais s’il y a toujours des insultes, ce n’est pas acceptable ».

« L’enquête est en cours, confirme Anne-Sophie Cortinovis, de la Direction interregionale des services pénitentiaires. S’il s’avère qu’il n’y a pas de preuves contre les agents, on ne pourra rien faire. Le fait d’avoir porté plainte peut néanmoins être un élément de vigilance pour la suite, et il y a eu des rappels à l’ordre auprès des membres du personnel. »

DES ANTÉCÉDENTS
Le Centre pénitentiaire de Caen, qui ne souhaite pas s’exprimer directement sur le sujet avant la fin de l’enquête, a cependant un passif homophobe récent. En effet, un tract du 9 décembre 2010 des syndicalistes de la CGT pénitentiaire du centre – pour une meilleure gestion des autorisations d’accès à la prison – semble confirmer la tendance homophobe et transphobe de certains membres du personnel (cliquer sur l’image pour l’agrandir). Il mentionne « un détenu interviewé, un autre détenu dont on ne sait pas si il est mâle ou femelle et qui nous enquiquine (pour ne pas dire autre chose) et accessoirement, nous fait passer pour des cons en extraction… ». La CGT pénitentiaire a néanmoins présenté des excuses pour ce texte très éloigné de ses revendications anti-discriminatoires, et rappelle qu’il s’agit d’un tract local édité sans accord préalable de la part des instances supérieures. Le comité local s’est donc vu rappeler que les propos homophobes et transphobes ne pouvaient être tolérés sous l’égide de la CGT pénitentiaire.

Même si des mesures sont prises au sortir de l’enquête, Milko Paris, président de Ban public, souligne néanmoins que « cela ne peut en aucun cas résoudre le problème de fond, c’est-à-dire un débat sur la sexualité et l’amour en prison ».

Cet article vous a plu? Soutenez notre travail en cliquant ici.

[Mise à jour 21/04/11] La rédaction a reçu un courrier de « Francis/Florence Magerand » s’exprimant « à titre personnel et au nom du Collectif confédéral CGT de lutte contre l’homophobie pour l’égalité et la non-discrimination des lesbiennes, gays, bi, et trans' »:

« La vocation de mon courrier n’est pas de nier les difficultés de vie quotidienne de Chloë et de son compagnon en détention, l’univers carcéral n’est pas connu pour être de ceux où s’affirmer en tant que personne homosexuelle et transsexuelle est source de bienveillance à son égard… Chacun peut en mesurer les dangers qui sont évidents et immenses à tous points de vue, une condamnation à une peine de prison ne doit pas se transformer en peine de mort!

Mon propos concerne l’organisation syndicale dont je suis adhérente et militante, la CGT, qui est mise en cause et présentée comme transophobe. Hors il se trouve que je suis l’un des membres du Collectif confédéral CGT de lutte contre l’homophobie pour l’égalité et la non-discrimination des lesbiennes, gays, bi et trans’ (LGBT).

C’est à ce titre que je vous adresse ce droit de réponse que je vous serai reconnaissante de bien vouloir publier, car si une faute a bien été commise par le camarade qui a rédigé ce tract, l’intention première n’était pas la transphobie qui est effective dans le passage qui concerne la personne détenue citée, c’est l’ensemble des difficultés de travail des personnels qui étaient dénoncées, ce document doit être remis dans son contexte et pris en lecture dans sa globalité.

Les sujets liés à la transidentité sont source d’incompréhensions et de réactions qui sont de la transphobie primaire, mais comme j’ai eu l’occasion de le dire personnellement de vive voix au téléphone à la Présidente de l’association Trans-Europe, si l’on doit traduire en justice et mettre au supplice en place publique toutes les personnes qui ne mesurent pas les blessures qu’elles causent et le manque de discernement de leur comportement envers autrui au seul motif qu’il ne leur est pas semblable, les places publiques du monde entier n’y suffiront pas! La lecture des lignes en question dans ce tract ont immédiatement provoqué mes plus vives réactions et ma colère, je l’ai transmis sans délai aux responsables de notre Collectif, leur réaction a été semblable et dans la continuité de cette chaîne le document a été porté à la connaissance de la Secrétaire générale de la CGT Pénitentiaire. Sa condamnation a été des plus vives et le communiqué qui présentait les excuses de la Fédération a été rédigé sur l’instant, les responsables régionaux de la CGT Pénitentiaire ont été saisis et la section du centre pénitencier de Caen rappelée aux valeurs humanistes qui sont celles de notre organisation syndicale et qui sont à l’opposé totale de telles attitudes.

Comme vous l’indiquez, le camarade à l’origine de ces lignes à lui-même présenté ses excuses par écrit à Chloë dans une lettre adressée à la direction de l’établissement. Je peux comprendre que pour Chloë en premier lieu et pour l’association Trans-Europe tout ceci soit insuffisant et il est de leur droit le plus absolu d’entamer une action en justice contre celui qui a rédigé les lignes en question et à travers lui contre la CGT au nom de qui il s’exprimait individuellement en faisant part de ses conditions de travail compliquées dans ce tract, dans le seul objectif de mettre en face de ses responsabilités la direction du centre de Caen.

La situation des personnes transidentitaires qui sont incarcérées et placées sous la surveillance et l’autorité de l’administration pénitentiaire est un dossier qui demanderait un travail important et sérieux de la part de tous, que ce soit pour la formation et la sensibilisation des personnels, pour le suivi médical et pour assurer la sécurité de celles et ceux qui sont gravement menacé-e-s, victimes de brimades et de violences multiples dans les prisons!

Sur ce point, je dois vous informer que lors des deux entretiens téléphoniques que j’ai eu avec Brigitte Goldberg, présidente de Trans-Europe, à qui j’ai directement adressé par courriel les excuses de l’Union de la CGT Pénitentiaire, je lui ai proposé de rencontrer les camarades de l’UGSP-CGT qui travaillent dans ce secteur pour aborder ces questions ensemble et élaborer des actions qui permettent une prise de conscience éclairée de ce qu’est la transidentité pour ceux qui la vivent.

La CGT n’est pas une organisation syndicale qui ignore tout de la transidentité et des personnes transidentitaires, en son sein elles sont présentes et représentées. Ce sont des adhérents et des militants parmi et comme les autres, je peux vous le dire et en témoigner.

Si je m’exprime à titre personnel d’abord et au nom du Collectif ensuite, auprès de vous pour réagir sur ces articles publiés sur Yagg, c’est que je suis moi-même une personne transgenre, je ne minimise certainement pas l’impact des écrits et je partage la blessure infligée à Chloë et à toutes mes consœurs, je lui présente toutes mes excuses de militante CGT transidentitaire que je joins à celles de mon organisation syndicale.

Pour autant, ma politique n’est pas de demander la « tête » de tous ceux qui me blessent par ignorance, comme c’est involontairement le cas de mon camarade de Caen, je préfère la pédagogie et l’éducation par l’exemple à la sanction « disciplinaire » tout aussi brutale et maladroite que les lignes de ce tract que je prends comme m’étant adressé également au même titre qu’à Chloë ».

Print This Post
 
LES réactions (62)
  • Par babar 16 avr 2011 - 10 H 22
    Avatar de babar

    Les syndicats ont de plus en plus de mal à maîtriser la lepénisation des esprits de certains de leurs militants, dirait-on.

    Après l’exclusion d’un responsable CGT candidat FN à Nilvange, le maintien d’un adhérent CFTC à la SNCF candidat FN à Saint-Avold, l’exclusion d’un adhérent CFDT, candidat FN à Boulay…, ce tract accroît le malaise…

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Paul Denton 16 avr 2011 - 10 H 48
    Avatar de Paul Denton

    Manifestement, il y a un problème dans la chaîne de commandement. Faudra-t-il un drame pour que les responsables prennent conscience de leur responsabilité? Excellent article.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Citrusse 16 avr 2011 - 11 H 06
    Avatar de Citrusse

    Bonjour à l’équipe de Yagg, on compte sur vous pour nous tenir au courant de cette affaire et éventuellement nous informer des moyens de soutenir ces deux hommes. En ce qui me concerne je vais donner à l’asso Ban Public.

    @babar Bonjour Babar, malheureusement l’homophobie et la transphobie ne sont pas l’apanage de la famille Le Pen ou du Front National. L’homophobie, la lesbophobie et la transphobie structurent toute la société. Il faut qu’un travail actif contre l’homophobie, la lesbophobie, le sexisme et la transphobie se fassent dans tous les syndicats, y compris lorsque ces « phobies » se manifestent en interne. Tiens, en faisant un petit tour sur le site de la CGT Pénitentiaire, j’ai trouvé un seul texte relatif aux questions « Lesbiennes, Gaies, Bi, Trans », et c’est un texte contre le fichier Edvige… Bref, c’est l’Etat/la droite le méchant homophobe… Et la CGT pénitentiaire a beau jeu de dire « c’est pas bien votre tract », elle ferait bien de former et d’informer ses syndiquéEs (ainsi que les travailleur-euses non-syndiquéEs). Car quels que soient les mérites et les choses à reprocher à la CGT, force est de constater que la confédération a DU FRIC et des PERMANENTS SYNDICAUX donc la possibilité de faire ces formations… Mais le fonctionnement interne du syndicat (bureaucratique, quoi) ne permet pas vraiment le bourgeonnement de projets montés par des militantEs de base… Bon, j’arrête là!

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Têtuniçois 16 avr 2011 - 11 H 10
    Avatar de Têtuniçois

    Pendant que des homos se disputent pour des histoires d’affiches de la gay pride ou de lady gaga , deux homos pacsés en prison risquent leur vie par violence homophobe ou suicide ….Si peu de réaction , si peu de soutien …….
    Merci à YAGG pour l’info mais ne pourriez pas vous pas dans l’article donner l’adresse email du directeur de la prison de Caen poru que le maximum d’internautes fasse pression sur lui et pour que les deux homos soient à l’abri ? Je n’ai réussi qu’à trouver une adresse classique : http://www.annuaires.justice.gouv.fr/etablissements-penitentiaires-10113/direction-interregionale-de-rennes-10127/caen-ma-10823.html

    Le mieux serait une adresse email avec un buzz qui permettrait d’obliger le directeur à faire quelquechose sous la pression des homos et des medias .

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Citrusse 16 avr 2011 - 11 H 25
    Avatar de Citrusse

    @Têtuniçois Bonjour, ça fait plaisir de voir que d’autres Yaggeurs ont envie de les soutenir. Cependant je pense qu’il faut être très prudentEs dans nos moyens d’action. Il ne faut pas oublier que ces gars sont coincés derrière les barreaux. Autrement dit je pense qu’il faut peut-être privilégier les actions validées par ces deux hommes et leur avocat. Pour l’instant il n’y a pas d’appel à contacter l’administration pénitentiaire. Il faut savoir que malheureusement un soutien peut se révéler contre-productif s’il est mal organisé. Comme je l’ai dit dans mon précédent commentaire, pour le moment je me contente d’attendre que Yagg nous informe d’une forme de soutien souhaitée par les deux hommes (et leur avocat); et en attendant je me contente, pour cette affaire, de faire un chèque à Ban Public. A bas l’homophobie.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Christophe Martet 16 avr 2011 - 12 H 35
    Avatar de Christophe Martet

    @Tetunicois Nous sommes un média: nous pouvons relayer des appels ou des actions (pétition, etc.) mais notre métier est d’abord et avant tout d’informer.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Têtuniçois 16 avr 2011 - 13 H 00
    Avatar de Têtuniçois

    Je suis sûr que si l’affaire fait un buzz et que les medias montrent cet exemple d’homophobie , le jour même le directeur de la prison de Caen fera quelque chose . Pour l’instant les choses trainent de courriers en courriers et à tout moment ces deux homos risquent d’être victime de violence ou d’avoir envie de se suicider . Après il sera bien de pleurer sur le cas de ce couple homos pacsés ….
    Les medias doivent s’engager , heureusement qu’à une certaine époque il y a eu un  » J’accuse  » de Zola dans l’Aurore . Je sais que rédiger un article prend beaucoup de temps mais il suffirait d’un lien pour que chacun puisse soutenir ces prisonniers . Vous avez le mérite de mettre souvent ces liens . Ce serait bien d’avoir un lien plus direct avec l’avocat des prisonniers ou avec le directeur de la prison .
    Citrusse , pour que les choses bougent , rien de tel que les medias pour faire bouger les choses , ils font des miracles . Les lettres , les réponses cela peut pendre des mois . Si ce soir aux infos télévisées ce cas est présenté , le lendemain , ces deux homos sont à l’abri de l’homophobie des co détenus ou des surveillants . Quand les autorités veulent protéger des prisonniers VIP , elles savent le faire …..

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Judith Silberfeld 16 avr 2011 - 13 H 02
    Avatar de Judith Silberfeld

    @tetunicois Il y a, dans l’article, le lien vers Ban public. Si une action doit être organisée, c’est avec cette association.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Citrusse 16 avr 2011 - 14 H 28
    Avatar de Citrusse

    @tetunicois Les médias sont des outils très utiles pour faire passer des messages, relayer et recevoir des informations utiles pour comprendre le monde et éventuellement le changer. C’est ce que fait Yagg en écrivant et en publiant cet article, je crois.
    Apparemment un travail a déjà été fait par ces deux personnes, leur avocat et Ban public. C’est important de respecter les choix et les stratégies des premiers concernés. Encore une fois, tu peux te rapprocher de Ban public ou de cet avocat, dont le nom est publié dans l’article donc pas si difficile à retrouver dans un annuaire professionnel.
    Tu écris « Si ce soir aux infos télévisées ce cas est présenté , le lendemain , ces deux homos sont à l’abri de l’homophobie des co détenus ou des surveillants », tu oublies que l’administration pénitentiaire comme la plupart des administrations de nos jours ont des chargéEs de communication et des directeur-ices forméEs en « media training ». De plus, même s’il faut utiliser les médias si nécessaire, je te rappelle que la première chaîne de télévision française, TF1, appartient au groupe Bouygues. Le même groupe Bouygues qui construit des prisons privées
    http://www.lavoixeco.com/actualite/Bassins_d_emploi/Lille_Metropole/2008/02/20/article_le-groupe-bouygues-construira-la-prison.shtml
    Donc le soutien des médias, s’il peut être souhaitable, est loin d’être aussi évident et aussi simple que tu le dis!

    Signaler ce commentaire

     
  • Par luc 16 avr 2011 - 15 H 52
    Avatar de luc

    Il est sur que les prisons français sont un des plus mauvais exemples de la france (conditions de vie, de traitement….) et lorsque l’on lit le tract de la CGT : quel ecoeurement. Cela fait 20 années que je suis (visite et correspondances) une personne en prison et vous pouvez me croire, ils ont besoin de soutien.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Canardcaché 16 avr 2011 - 17 H 18
    Avatar de

    Bon et celui qui est en prison, il a fait quoi?

    Signaler ce commentaire

     
  • Par luc 16 avr 2011 - 17 H 21
    Avatar de luc

    Quel intérêt de demander ? drôle de question !!

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Canardcaché 16 avr 2011 - 17 H 24
    Avatar de

    Disons pas soucis d’avoir tout les détails… il a fait quoi?

    Signaler ce commentaire

     
  • Par luc 16 avr 2011 - 18 H 34
    Avatar de luc

    tu sauras que lorsque l’on est visiteur ou ami d’une personne
    qui est en prison et de surcroit séropo : on ne pose jamais ce genre de question. C’est incorrect, je te demande moi ce que tu as fait ?
    Plus de commentaire

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Canardcaché 16 avr 2011 - 18 H 39
    Avatar de

    Bien entendu, donc oublions pourquoi ils sont en prison… Si ils sont là, c’est qu’il y a une raison. De plus, la prison c’est pour priver les gens de liberté… de plusieurs libertés. Et même si il faut un certain respect… moi je trouve qu’il ne devrait pas avoir de droit à se pacser ou de s’unir en prison…

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Yvan de Lyon 16 avr 2011 - 18 H 54
    Avatar de Yvan de Lyon

    Bravo à toute l’équipe de Yagg, pour sortir cette information, introuvable ailleurs !
    Ces deux hommes ont bien réagit, en saisissant la hiérarchie et les associations. Reste leur quotidien, dans cet enfer.
    Comment les aider ?

    Signaler ce commentaire

     
  • Par etoile 16 avr 2011 - 19 H 01
    Avatar de etoile

    pour la lepenisation des esprits il y a un remede
    bulletin de vote 2012
    en prison il y a de tout monde,il y aussi des gens comme tapie
    non ce n ‘est pas le bon exemple,on peut détourner des milliards et ce les faire rendre,en prison il y a aussi des fils de notable,des récidivistes
    mais au train ou vont les choses nous sommes en France je crois 66millions donc une prison par village et si la cgt a des moutons a la mode de le pen on les vire,et pourquoi pas le mariage en prison,pourquoi!!
    si en prison,on les insulte ils deviendront comme des fauves,et vous même si on vous insulter il faut dire merci et fermer sa gueule non!!
    j’ai travaillé avec des sortants de prison en tant que encadrante
    primo on ne juge personne!!!
    on les fait travailler pour privilégier la réinsertion!!
    et on privilégie le dialogue
    je me souviens du discours de Badinter contre la peine de mort
    il faut lire chaque mot et s’en imprégner!!

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Phil86 16 avr 2011 - 19 H 04
    Avatar de

    non canard caché, la seule privation dans une prison est celle de la liberté d’aller et venir… les détenus peuvent même voter

    Signaler ce commentaire

     
  • Par michelle-paris 16 avr 2011 - 19 H 12
    Avatar de michelle-paris

    @Canard : oui c’est cela, t’es grave, toi ! En gros ils n’ont que ce qu’ils méritent, zavaient qu’à pas y aller ?

    Ils étaient peut-être déja pacsés hors de la prison !
    Et de toutes façons ce n’est pas le sujet, on parle d’une situation concrète qui doit s’améliorer, et d’une section syndicale qui dérape (cela arrive, et on se doute que le travail en milieu pénitentiaire n’est pas facile).

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Canardcaché 16 avr 2011 - 19 H 12
    Avatar de

    ok c’est intéressant… Donc on essaie de comprendre: on PUNIT les gens en les privant de liberté (je suis contre la peine de mort soit dit en passant)… Non… c’est trop tard pour parler. L’article a été rédigé dans un sens larmoyant pour qu’on ne puisse pas peser le pour et le contre. Il n’y aucun recul possible pour analyser calmement la chose… je passerai encore pour le méchant.

    Alors en gros: moi je suis contre le mariage en prison, je suis pour qu’ils aient la vie dure en prison, qu’il ait privation! Et l’amour pour moi doit leur être impossible. Ca doit rester une prison.

    A côté de ça, il y a des règlements et des lois à appliquer. Et ce même dans les prison et il est important que des associations puissent dénoncer et que la justice même intra muros puisse être rendue!

    Par contre, je ne suis pas du genre a dire « oh pauv pitit va » tant que je ne sais pas pourquoi ils sont en prison.
    Imaginez qu’on apprenne que c’est un pédophile et un assassin qui se sont mis ensemble? Est ce que cela changerait votre opinion? Oui certainement et c’est pour cela qu’on ne dit rien dans l’article et qu’on me demande de ne rien demander!

    Signaler ce commentaire

     
  • Par babar 16 avr 2011 - 19 H 14
    Avatar de babar

    « Ouvrez des écoles, vous fermerez des prisons », écrivait Victor Hugo au XIXème siècle.

    Force est de constater qu’on ferme de plus en plus de classes et d’écoles et qu’on emprisonne de plus en plus en début d’année 2011. Victor avait donc raison.

    Le nombre des détenus dans les prisons françaises s’élevait au 1er avril à 64.148 personnes, un chiffre en hausse depuis le début de l’année selon des chiffres de l’Administration pénitentiaire (AP).

    Ce chiffre représente une augmentation de 6% par rapport au 1er janvier (60.544) et de 2,3% par rapport à mars (62.685). Il s’agit également d’une hausse de 4% par rapport au mois d’avril 2010 (61.706).

    En juillet 2008, le nombre des détenus avait atteint un pic de 64.250 personnes avant de connaître une baisse globale, atteignant même un seuil de 60.142 en octobre 2010.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par michelle-paris 16 avr 2011 - 19 H 18
    Avatar de michelle-paris

    Canard, tu sombres dans le n’importe quoi, Yagg n’est pas Détective !

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Canardcaché 16 avr 2011 - 19 H 21
    Avatar de

    Je sais, c’est une question oratoire… pas besoin de réponse. Juste réfléchir. Après faites ce que vous voulez.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par etoile 16 avr 2011 - 19 H 21
    Avatar de etoile

    Le simple fait d’être détenu ne prive pas du droit de vote. En effet, seules les personnes auxquelles les tribunaux ont interdit le droit de vote et d’élection perdent leur capacité électorale pendant le délai fixé par le jugement.

    A noter : l’incapacité électorale ne prend effet que lorsque la condamnation est définitive, c’est-à-dire quand les voies de recours (appel, cassation …) sont épuisées ou quand les délais de recours sont expirés.

    Bon à savoir : les personnes en détention provisoire, ainsi que toutes celles qui sont détenues et qui ont toujours leur capacité électorale, peuvent voter par procuration.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Canardcaché 16 avr 2011 - 19 H 24
    Avatar de

    Merci étoile… je ne savais pas tout ça. Je croyais qu’ils perdaient leur droits civiques en prison

    Signaler ce commentaire

     
  • Par kira 16 avr 2011 - 19 H 28
    Avatar de kira

    @canardcaché : la question n’est pas de les plaindre parce qu’ils sont en prison mais de demander un traitement juste, éthique et dans les termes de la légalité (je rappelle que les insultes et agressions à caractère homophobe sont punis par la loi). Même en prison et peu importe la faute, le droit s’applique (ou plutôt est censé s’appliquer). Avec des raisonnements comme ça, on glisse vite vers la légitimation de traitements inhumains voire de la peine de mort.

    Avec un raisonnement comme le tien, pas étonnant que tu ne trouves rien à redire à l’affiche de la marche.

    Et oui, même s’il s’agissait d’un pédophile ou d’un assassin, ça me révolterait toujours de voir un personnel pénitentiaire agresser des détenus (que ce soit à cause de leur homosexualité ou d’autre chose). L’enfermement et les conditions de vie dans les prisons sont déjà assez durs et c’est bien cela qui est censé constituer la peine. Donc rien ne justifie que les détenus soient privés d’encore plus de liberté ou qu’ils soient encore plus mal traités. Ou alors, on change de système pénal et on retourne à la torture en place publique.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Canardcaché 16 avr 2011 - 19 H 34
    Avatar de

    @kira: tu n’as pas lu?

    « A côté de ça, il y a des règlements et des lois à appliquer. Et ce même dans les prison et il est important que des associations puissent dénoncer et que la justice même intra muros puisse être rendue! » c’est mon commentaire plus haut.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Phil86 16 avr 2011 - 19 H 35
    Avatar de

    en théorie évidemment, la réalité est bien différente :-(

    Signaler ce commentaire

     
  • Par etoile 16 avr 2011 - 20 H 16
    Avatar de etoile

    un poème de ‘ELUARD LIBERTÉ
    Liberté

    Sur mes cahiers d’écolier
    Sur mon pupitre et les arbres
    Sur le sable de neige
    J’écris ton nom

    Sur toutes les pages lues
    Sur toutes les pages blanches
    Pierre sang papier ou cendre
    J’écris ton nom

    Sur les images dorées
    Sur les armes des guerriers
    Sur la couronne des rois
    J’écris ton nom

    Sur la jungle et le désert
    Sur les nids sur les genêts
    Sur l’écho de mon enfance
    J’écris ton nom

    Sur les merveilles des nuits
    Sur le pain blanc des journées
    Sur les saisons fiancées
    J’écris ton nom

    Sur tous mes chiffons d’azur
    Sur l’étang soleil moisi
    Sur le lac lune vivante
    J’écris ton nom

    Sur les champs sur l’horizon
    Sur les ailes des oiseaux
    Et sur le moulin des ombres
    J’écris ton nom

    Sur chaque bouffées d’aurore
    Sur la mer sur les bateaux
    Sur la montagne démente
    J’écris ton nom

    Sur la mousse des nuages
    Sur les sueurs de l’orage
    Sur la pluie épaisse et fade
    J’écris ton nom

    Sur les formes scintillantes
    Sur les cloches des couleurs
    Sur la vérité physique
    J’écris ton nom

    Sur les sentiers éveillés
    Sur les routes déployées
    Sur les places qui débordent
    J’écris ton nom

    Sur la lampe qui s’allume
    Sur la lampe qui s’éteint
    Sur mes raisons réunies
    J’écris ton nom

    Sur le fruit coupé en deux
    Du miroir et de ma chambre
    Sur mon lit coquille vide
    J’écris ton nom

    Sur mon chien gourmand et tendre
    Sur ses oreilles dressées
    Sur sa patte maladroite
    J’écris ton nom

    Sur le tremplin de ma porte
    Sur les objets familiers
    Sur le flot du feu béni
    J’écris ton nom

    Sur toute chair accordée
    Sur le front de mes amis
    Sur chaque main qui se tend
    J’écris ton nom

    Sur la vitre des surprises
    Sur les lèvres attendries
    Bien au-dessus du silence
    J’écris ton nom

    Sur mes refuges détruits
    Sur mes phares écroulés
    Sur les murs de mon ennui
    J’écris ton nom

    Sur l’absence sans désir
    Sur la solitude nue
    Sur les marches de la mort
    J’écris ton nom

    Sur la santé revenue
    Sur le risque disparu
    Sur l’espoir sans souvenir
    J’écris ton nom

    Et par le pouvoir d’un mot
    Je recommence ma vie
    Je suis né pour te connaître
    Pour te nommer

    Liberté

    Paul Eluard

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Citrusse 16 avr 2011 - 21 H 50
    Avatar de Citrusse

    @canardcache-2 Je suis révolté de tes commentaires. Le pourquoi ils sont en prison n’est pas le sujet ça n’a aucun intérêt. On parle ici de prisonniers victimes de harcèlements homophobes. Tes comportements trollesques et cruels sont insupportables. Franchement, je ne m’attendais pas à ce que des commentaires sur cet article puissent tomber aussi bas! Lamentable!

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Canardcaché 16 avr 2011 - 22 H 18
    Avatar de

    Citrusse: si cela avait été du troll pur et simple, je n’aurai pas pris la peine d’écrire des arguments de cette façon. Je n’aurais pas non plus dis des contre arguments… A la limite j’aurais insulté sans argumenter. NON, justement ce n’est pas du troll et non ce n’est pas cruel. Je crois que tout est clair de ce que je dis: je suis pour une prison qui punit mais aussi juste et ou le droit s’installe.

    Donc si je relis (ce que j fais très souvent), nos différences c’est:

    1)je suis pour la punition. La plupart pas.
    2)je prends de la distance pour juger de l’affaire. Pour cela j’aime avoir le plus d’élément en main. Quand je parle de juger c’est émettre un avis.

    Ou on se rejoint:

    La loi doit être respecter AUSSI en prison.

    Expliqué comme ça c’est plus clair?

    Signaler ce commentaire

     
  • Par nileju 16 avr 2011 - 22 H 25
    Avatar de

    la prison comme punition ça suffit pas ? faut pas croire que la vie est belle en tôle…

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Canardcaché 16 avr 2011 - 22 H 29
    Avatar de

    ben certains aimeraient que ce soit comme dehors voir mieux ^^

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Pas d'accord 16 avr 2011 - 22 H 44
    Avatar de

    Je sais qu’en Russie l’homophobie dans les prisons atteint des degrés effarants. Qu’en est-il en France?

    Signaler ce commentaire

     
  • Par michelle-paris 16 avr 2011 - 22 H 58
    Avatar de michelle-paris

    Décidément le mythe de la « prison 3 étoiles » a la vie dure !

    Signaler ce commentaire

     
  • Par luc 17 avr 2011 - 10 H 01
    Avatar de luc

    Michelle +++

    Je suis encore plus scandalisé quand ces propos viennent d’une « soit disant » communauté LGBT qui subit tous les les insultes, l’homophobie et les agressions

    Signaler ce commentaire

     
  • Par clchtcgt 17 avr 2011 - 20 H 56
    Avatar de clchtcgt

    Bonsoir à toutes et tous, voici un communiqué de la CGT Pénitenciaire sur ce scandaleux dérapage :
    Communiqué de la CGT pénitentiaire

    La CGT Pénitentiaire a été informée, début mars, via le collectif confédéral de lutte contre les discriminations, qu’un tract contenant des propos transphobes touchant une personne incarcérée a été écrit par une section de la CGT Pénitentiaire de l’UR de Rennes. La CGT Pénitentiaire avait condamné ce genre d’écrit par voie de mail et condamne à nouveau ce type d’écrit, comme elle condamne toutes les discriminations dont celles faites aux LGBT avec l’ensemble de la CGT.

    Elle demande à la personne incarcérée et aux associations de lutte contre les discriminations LGBT blessées par ce type d’écrits de bien vouloir accepter les profondes excuses de la CGT Pénitentiaire.

    La CGT Pénitentiaire œuvrera avec la CGT afin que ce genre d’écrits ou de propos ne se produisent plus jamais.

    Cette « affaire » montre à quel point l’ignorance de l’autre peut être préjudiciable à tous. Elle montre aussi, comment les conditions de détention fortement dégradées depuis des années sont préjudiciables à tous et à chacun.

    Nous connaissons aussi le peu d’intérêt que le gouvernement français accorde d’une façon globale et générale aux droits des personnes homosexuelles, bi-sexuelles, transgenres et ce d’autant plus si ces personnes sont incarcérées ! En détention, nous savons que des groupes de personnes peuvent subir des humiliations et agressions juste parce qu’elles sont différentes ! C’est sur l’ensemble des conditions de détention qu’il faut se battre afin que la dignité de chacun soit assurée et que le respect des Droits de l’Homme soit respecté dedans comme dehors pour tous et chacun.
    La CGT Pénitentiaire combat depuis toujours les conditions de travail fortement dégradées des personnels et les conditions de détention désastreuses et honteuses en France. Elle demande aussi depuis longtemps que la formation des personnels soit en adéquation avec leur métier, réputé extrêmement difficile.

    Parce que la Justice, l’égalité, la liberté, la laïcité, le respect des droits fondamentaux sont des enjeux de société dedans comme dehors, La CGT Pénitentiaire continuera à lutter pour que les conditions de détention respectent la laïcité, les droits des personnes dans chaque champ, la dignité humaine.

    Montreuil, le 13 avril 2011

    Signaler ce commentaire

     
  • Par clchtcgt 17 avr 2011 - 21 H 43
    Avatar de clchtcgt

    Le 15 Avril 2011, l’auteur du tract Frédéric BELHABIB à envoyé une lettre d’escuses à la Directrice du Centre Pénitentiaire à l’intention de toutes les personnes qui ont été blesser ou choquer et en essayant d’expliquer le contexte de cette bévue intolérable.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par valou38 17 avr 2011 - 22 H 53
    Avatar de

    tout à fait d’accord avec canardcaché.La vie est peut être pas belle en taule mais ils y sont pas pour rien,alors que dehors il y a des tas de personnes qui en bavent et qui sont de braves gens.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par shine 19 avr 2011 - 16 H 40
    Avatar de shine

    @Canard et Valou
    http://www.prison.eu.org/spip.php?article3991
    Extrait des règles pénitentiaires européennes

    3. Les buts du traitement des détenus doivent être de préserver leur santé et de sauvegarder leur dignité et, dans la mesure où la durée de la peine le permet, de développer leur sens des responsabilités et de les doter de compétences qui les aideront à se réintégrer dans la société, à vivre dans la légalité et à subvenir à leurs propres besoins après leur sortie de prison.

    14.
    1. Les détenus doivent en principe être logés pendant la nuit dans des chambres individuelles, sauf dans les cas où il est considéré comme préférable qu’ils cohabitent avec d’autres détenus.

    2. Lorsqu’une chambre est partagée, elle doit être occupée par des détenus reconnus aptes à être logés dans ces conditions. La nuit, les détenus seront soumis à une surveillance adaptée au type d’établissement considéré.

    15. Les locaux de détention et, en particulier, ceux qui sont destinés au logement des détenus pendant la nuit, doivent répondre aux exigences de la santé et de l’hygiène, compte tenu des conditions climatiques, notamment en ce qui concerne le cubage d’air, une surface raisonnable, l’éclairage, le chauffage et l’aération.

    17. Les installations sanitaires et leur accès doivent permettre au détenu de satisfaire aux besoins naturels au moment voulu dans des conditions de décence et de propreté.

    18. Les installations de bain et de douche doivent être suffisantes pour que chaque détenu puisse être à même et tenu de les utiliser, à une température adaptée au climat, et aussi fréquemment que l’exige l’hygiène générale, selon la saison et la région géographique, mais au moins une fois par semaine. Partout où cela est possible, les détenus devraient y avoir librement accès à tout moment jugé raisonnable.

    19. Tous les locaux d’une institution doivent être maintenus en parfait état d’entretien et de propreté.

    20. On doit exiger des détenus la propreté personnelle ; à cet effet, ils doivent disposer d’eau et des articles de toilette nécessaires à leur santé et à leur propreté.

    21. Par souci d’hygiène et afin de permettre aux détenus d’avoir un aspect correct et de préserver le respect d’eux-mêmes, des facilités seront prévues pour le bon entretien de la chevelure et de la barbe ; les hommes doivent pouvoir se raser régulièrement.

    —-

    Extrait de la convention européenne des droits de l’homme

    Article 3 – Interdiction de la torture

    Nul ne peut être soumis à la torture ni à des peines ou traitements inhumains ou dégradants.

    Article 8 – Droit au respect de la vie privée et familiale

    1. Toute personne a droit au respect de sa vie privée et familiale, de son domicile et de sa correspondance.

    2. Il ne peut y avoir ingérence d’une autorité publique dans l’exercice de ce droit que pour autant que cette ingérence est prévue par la loi et qu’elle constitue une mesure qui, dans une société démocratique, est nécessaire à la sécurité nationale, à la sûreté publique, au bien-être économique du pays, à la défense de l’ordre et à la prévention des infractions pénales, à la protection de la santé ou de la morale, ou à la protection des droits et libertés d’autrui.

    —-

    Extrait de la charte des droits fondamentaux

    Article 9 – Droit de se marier et droit de fonder une famille

    Le droit de se marier et le droit de fonder une famille sont garantis selon les lois nationales qui en régissent l’exercice.

    Ici le droit est appliquée et applicable (pour le cadre de la discrimination). Sur le cadre de vie dans les prisons en France il faut peut être aussi rappeler que notre pays fait figure de mauvais élève au niveau européen (auquel il faut rajouter directement l’état pitoyable du budget alloué à la justice de notre pays).
    https://wcd.coe.int/wcd/ViewDoc.jsp?id=1372841&Site=CommDH&BackColorInternet=FEC65B&BackColorIntranet=FEC65B&BackColorLogged=FFC679

    Quant à ce que cette personne ou son compagnon ont put faire cela ne vous regarde pas, si l’article ne le précise pas ce n’est pas « forcément » pour des motifs détournés d’empathie envers des personnes discriminées, c’est aussi principalement une question de droit!
    (taper legifrance code de procédure pénal casier judiciaire… google is your friend!)

    Article 781 Code de Procédure Pénal

    Quiconque en prenant un faux nom ou une fausse qualité, s’est fait délivrer un extrait du casier judiciaire d’un tiers est puni de 7 500 euros d’amende.

    Est puni des mêmes peines celui qui aura fourni des renseignements d’identité imaginaires qui ont provoqué ou auraient pu provoquer des mentions erronées au casier judiciaire.

    Est puni des mêmes peines celui qui se sera fait délivrer par l’intéressé tout ou partie des mentions du relevé intégral visé à l’article 777-2 du présent code.

    Après si le fait que même en prison des personnes puissent vivre ne vous plait pas, si vous pensez que l’application d’un principe de droit « humain » fondamental est incompatible avec une peine de prison… je ne vous direz pas d’aller voter pour le pire parti de la haine, mais j’en suis pas loin!
    Désolé j’ai pas aimé vos commentaires c’est viscéral!

    Signaler ce commentaire

     
  • Par luc 19 avr 2011 - 18 H 43
    Avatar de luc

    @shine

    +++++
    Merci pour ce rappel qui pourrait faire éviter les dérapages malheureux qu’on peut lire ici

    Signaler ce commentaire

     
  • Par clchtcgt 20 avr 2011 - 9 H 03
    Avatar de clchtcgt

    @shine
    Oui merci pour ce rappel, nous pouvons mesurer ainsi à quel point l’administration pénitentiaire est déficitaire en ce qui concerne les conditions de détention et les moyens mis en place pour adapter l’incarcération des différents type de population à leurs spécificités et éviter ainsi des drames et des souffrances inadmisibles au 21ème siècle

    Signaler ce commentaire

     
  • Par babar 20 avr 2011 - 9 H 20
    Avatar de babar

    Comme l’y invite (ironiquement ?) la pub en tête d’article, il faudrait que davantage de LGBT soient candidats à un concours de l’administration pénitentiaire. C’est par l’entrisme des LGBT dans l’AP que les choses peuvent évoluer aussi. Il y a déjà des LGBT dans l’AP. En tout cas, j’en connais. Mais ils n’y sont pas visibles, par nécessité.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par kira 20 avr 2011 - 9 H 50
    Avatar de kira

    @babar : ce n’est pas ça qui résoudra quoi que ce soit. Il n’y a qu’à voir comment ça se passe pour les flics. Il y a (malheureusement) beaucoup de flics LGBT (enfin… LGB, quoi) et il ne me semble pas vraiment que ce soit une catégorie professionnelle très à l’écoute des populations LGBT. Et nous sommes beaucoup à pouvoir en témoigner je pense.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par babar 20 avr 2011 - 10 H 05
    Avatar de babar

    Pour la police, cela évolue. Evidemment, cela dépend des personnes aussi. Mais la police est objectivement bien plus à l’écoute des plaintes LGBT aujourd’hui qu’il y a quelques années. Le fait par ailleurs que des policiers LGB aient dénoncé à maintes reprises les propos homophobes ou actes homophobes tenus ou commis à leur égard par des collègues a impacté positivement le commandement et la base même si c’est parfois par simple souci de la discipline. Mais des évolutions sont encore nécessaires, bien sûr. Et cela n’exclut pas des bavures.

    C’est quand les fonctionnaires luttent pour que les discriminations à leur égard régressent dans leur administration que les discriminations de cette administration à l’égard des usagers du service public régressent aussi.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Canardcaché 20 avr 2011 - 10 H 28
    Avatar de

    J’aimerai rappeler à ceux qui ne lisent que ce qu’ils veulent bien lire, que depuis de le début, je dis que le règlement et la justice doivent exister dans la milieu carcéral (pas que gay mais pour tout le monde). Et j’ai mis dit plus haut que je trouvais ça bien que des associations s’occupent de ce genre de problèmes.

    Mais bon j’ai l’impression qu’on a encore lu à côté.

    Par contre, je m’attendais à ce que qqn me donne aussi les raisons de l’incarcération de ces individus qui seraient peut être un piste à mener pour connaître le « cadre » qui pourraient aussi expliquer (sans défendre) les insultes etc.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par luc 20 avr 2011 - 10 H 53
    Avatar de luc

    canardcaché
    Je ne vois pas en quoi connaître les raisons de l’incarcération,
    t’aideront à t’expliquer les insultes reçues.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Canardcaché 20 avr 2011 - 11 H 10
    Avatar de

    Ha bon? tu ne vois pas?
    Disons qu’il y a des incarcérations qui provoquent plus d’irrespect que d’autres. (je n’ai pas dis excusaient) et moi je trouvais ça intéressant d’avoir toutes cartes en main pour comprendre la situation.

    Mais bon je laisse tomber. Je fatigue. On ne lutte pas contre le pathos… ^^

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Leksvik 21 avr 2011 - 5 H 04
    Avatar de Leksvik

    Et sinon la MtF? Tout le monde s’en fout.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Prose 21 avr 2011 - 14 H 15
    Avatar de Prose

    Ca me fait doucement rire les personnes qui voudraient que la vie en prison soit encore plus dure qu’elle ne l’est, et qu’on prive les détenus de toutes relations affectives. Ce sont généralement les mêmes qui disent ensuite « ah bah, il a récidivé, fallait s’y attendre, c’est qu’un criminel ! ».
    La misère affective détruit des gens, faudrait pas l’oublier. Et parmi les détenus, certains sont déjà bien amochés par la vie avant de se retrouver derrière les barreaux…
    Il serait bon de s’interroger sur le but de la prison : punir pour satisfaire une société qui réclame vengeance ou préparer à une vraie réinsertion ?
    Et quelqu’un qui est enfermé à perpétuité, doit-on le priver de tout contact humain ? Franchement, autant rétablir la peine de mort dans ce cas… parce que je ne sais pas ce qu’on peut espérer d’une vie pareille.
    Les détenus ne sont pas des anges, bien sûr, mais ce sont quand même des êtres humains, avec des besoins d’êtres humains. Et demander à savoir leurs crimes pour moi c’est 1) du voyeurisme malsain (quel rapport avec le sujet ? méritent-ils plus d’être victimes de discrimination parce qu’ils ont fait ceci ou cela ?) 2) un moyen de les réduire à leur crime parce que c’est plus facile pour les rejeter en bloc ensuite. Pour info, il n’est pas impossible de concilier des sentiments contraires : on peut éprouver à la fois du dégoût/de la colère pour les actes d’une personne et de l’empathie pour sa situation. Mais c’est sûr que ça demande…

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Prose 21 avr 2011 - 14 H 17
    Avatar de Prose

    (oups, j’ai été coupée)

    Je disais donc :
    Mais c’est sûr que ça demande de la réflexion et du travail sur soi.

    @Leksvik Non, je ne m’en fous pas.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par babar 21 avr 2011 - 14 H 30
    Avatar de babar

    @Prose

    Ton analyse, mesurée et pertinente, donne du baume au coeur.

    Bien sûr que la prison doit tout à la fois viser la réparation et la réinsertion même si aujourd’hui, il faut davantage parler d’insertion compte tenu du fait que, majoritairement, les détenus n’étaient pas insérés avant d’être incarcérés.

    Un autre problème n’a pas été évoqué, c’est qu’aujourd’hui on assigne de plus en plus à la prison d’autres fins que celles qui sont les siennes, notamment la prise en charge des personnes présentant des troubles mentaux, souvent incarcérés suite à une infraction dont la cause première résulte de ces troubles mentaux.

    Sous la pression politique, les experts psychiatriques auprès des tribunaux considèrent une proportion de plus en plus importante d’accusés comme des responsables pénaux, même s’ils sont atteints de maladies psychiatriques.

    Les prisons re-deviennent ainsi un lieu d’enfermement des problématiques que la société veut occulter : problématiques sociales ; problématiques médico-sociales.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Canardcaché 21 avr 2011 - 14 H 32
    Avatar de

    « on peut éprouver à la fois du dégoût/de la colère pour les actes d’une personne et de l’empathie pour sa situation. Mais c’est sûr que ça demande de la réflexion et du travail sur soi. » OUI et d’avoir toute les cartes en main pour pouvoir le faire… c’est ce que je demande depuis le début.

    Et le pourquoi ils sont là… c’était pour savoir ce qui peut (sans excuser je le répète) provoquer ce genre de situation. Par exemple, on sait que certains auteurs de certains crimes sont plus discriminés que d’autres dans les prisons…

    Cette demande est légitime pour avoir le cadre de cette situation.

    Mais bon apparemment cela fait peur à certain (et c’est légitime) que l’on réduise à l’histoire à c’est bien fait pour eux. Ils ont ce qu’ils méritent.

    Ce n’était pas le but de ma requête au départ. Mais je pense que l’on reproche trop aux gens de ce faire une idée sur des sujets dont ils ne connaissent pas toute l’histoire (le genre « tu peux pas juger, tu ne connais pas tout » avec lequel d’ailleurs je suis pas d’accord) pour pouvoir se faire l’économie de ce genre d’infos.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par luc 21 avr 2011 - 14 H 32
    Avatar de luc

    Prose
    ++ Merci pour ta réflexion je me sens moins seul. Du travail sur soi ou c’est certain et aussi d’arrêter constamment de juger les autres

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Canardcaché 21 avr 2011 - 14 H 34
    Avatar de

    « Du travail sur soi ou c’est certain et aussi d’arrêter constamment de juger les autres » oui bien entendu… on vit dans une vie ou personne ne juge personne ou personne ne se fait d’idées sur personne et personne n’a de pensée critique sur rien…

    Bisounours powaaaa?

    Signaler ce commentaire

     
  • Par luc 21 avr 2011 - 14 H 46
    Avatar de luc

    Canardcaché

    Tu es vraiment obtu et borné. Il n’y a aucun intérêt à connaître ce pour quoi la personne est en prison.
    Quand on te parle de discrimination à l’école tu demandes aussi
    « le cadre de la situation » ? ça ne sert à rien
    pourquoi une personne en prison ou à l’école etc…..serait elle discriminée.
    Tout cela comme le dit « Prose » plus haute n’est que du voyeurisme malsain.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Canardcaché 21 avr 2011 - 15 H 07
    Avatar de

    Je crois que si tu lis la raison, tu verras que cette demande est sérieuse et à une raison. OUI dans une école aussi je demanderai le cadre.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par zozo47 25 avr 2011 - 16 H 59
    Avatar de zozo47

    N’y a il pas besoin de se renseigner des consignes et formation donné à ‘Ecole Nationale d’administration Pénitencier, ENAP à AGEN pr où passent tous les matons?

    Signaler ce commentaire

     
  • Par luc 25 avr 2011 - 19 H 54
    Avatar de luc

    zozo

    Pas tout compris ! tu peux expliquer autrement ? argumenter ?

    Signaler ce commentaire

     
  • Par babar 25 avr 2011 - 22 H 16
    Avatar de babar

    « N’y a il pas besoin de se renseigner des consignes et formation donné à ‘Ecole Nationale d’administration Pénitencier, ENAP »

    Les consignes et la formation sont ce qu’elles sont. Mais une fois dans l’univers du « temps immobile », détenus et surveillants vivent et interagissent sur le mode de l' »adaptation relative » dans l’univers social commun qui leur imposé. Dans cet univers de règles formelles et informelles, la négociation est le coeur des trajectoires des uns et des autres.

    Signaler ce commentaire

     
  • Par zozo47 25 avr 2011 - 22 H 31
    Avatar de zozo47

    La phrase devrait être « n y a t il pas …. »
    Je ne serai pas surpris que cette notion ne rentre même pas dans la formation des matons, mais je comprends que ce ne serait pas leur première soucis, une fois dans le bain

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Citrusse 09 mai 2011 - 20 H 45
    Avatar de Citrusse

    Bonsoir à touTEs,
    Pour les infos les plus récentes sur cette affaire, lire le communiqué de Ban Public du 8 mai 2011 titré: «  »De l’homophobie et de la transphobie en prison ? Quelle drôle de question, nous n’y avions jamais pensé. »

    Le communiqué commence ainsi:

    « « De l’homophobie et de la transphobie en prison ? Quelle drôle de question, nous n’y avions jamais pensé. »

    C’est par cette réponse que des associations de lutte contre l’homophobie ont répondu lorsque fin mars 2011, Ban Public les alertait de la situation vécue par un couple au sein du centre de détention de Caen.

    Elles étaient unanimes pour dénoncer cette attitude mais étaient surprises quant à l’existence d’homophobie et de transphobie en prison.

    Non, la prison n’est pas un lieu « gay friendly »…

    Cette question, si elle a au moins donné matière à réflexion, n’en demeure pas moins d’actualité quant à la situation vécue par les détenus du centre de détention de Caen. »

    Lien: http://prison.eu.org/spip.php?article13625

    Signaler ce commentaire

     
  • Vous devez être connecté pour poster un commentaire.

    Aucun message ne correspond à vos critères de recherche.