C’est un procès peu banal qui s’est tenu le 13 avril devant le tribunal pour enfants de Lyon. Celui de deux jeunes filles qui avaient insulté et frappé deux homosexuels, en raison de leur homosexualité.

Dans son communiqué, SOS homophobie, qui s’est portée partie civile auprès de Ludovic B., un homme violemment agressé avec son compagnon en mars 2010, raconte: « Les deux prévenues, présentes au procès, ont reconnu les propos et actes homophobes, et ont manifesté une grande violence à l’égard de leur victime et, plus globalement, à l’égard des gays et lesbiennes. À la question de la présidente du pourquoi de ces actes, l’une des jeunes filles a dit à la barre : « On les a frappés parce qu’ils étaient homos » ».

De son côté la victime, toujours selon SOS Homophobie, a répondu: « Entendre dire que c’était un jeu me fait mal, un an après les faits. Je suis toujours en suivi psychologique, sous traitement anxiolytique et je ne retravaille toujours pas ».

Selon la journaliste du Progrès, qui relate également le procès, le procureur a requis 4 mois avec sursis. Délibéré le 11 mai.

SOS homophobie conclut son communiqué en rappelant que « le meilleur moyen de lutter contre cette homophobie est de mener des actions de prévention dès le plus jeune âge ».

Cet article vous a plu? Soutenez notre travail en cliquant ici.