La controverse ne faiblit pas autour de l’affiche présentée par l’Inter-LGBT pour l’édition 2011 de la Marche des fiertés, qui aura lieu le 25 juin prochain à Paris.

« STÉRÉOTYPES RÉDUCTEURS ET CONTRE-PRODUCTIFS »
Dans un communiqué, l’association Le Refuge « dénonce un grand pas en arrière dans la lutte contre l’homophobie ». « L’association partage le mot d’ordre et soutient les actions de l’Inter-LGBT mais déplore le fait que les personnes homosexuel-le-s soient stigmatisées et réduites à des volatiles affublés de boas, indiquent Nicolas Noguier, le président du Refuge, et Olivier Keime, son délégué régional IDF. En 1978 sortait le film La cage aux folles, 33 ans après les clichés sont toujours véhiculés et atteignent leur paroxysme cette année. »

« Nos psychologues passent un temps infini à déconstruire ces clichés intériorisés par les jeunes qui refusent leur homosexualité et sont dans un déni d’eux-mêmes, source de profond mal-être, soulignent-ils. Il nous semble important dans nos actions communes pour l’égalité d’être vigilants quant à l’utilisation de stéréotypes réducteurs et contre-productifs. »

« SYMBOLE VIRILOÏDE »
De son côté, Jacqueline Julien, présidente de Bagdam Espace lesbien, à Toulouse, s’indigne: « Mais de qui se moque-t-on? Un boa autour du cou de ce coq est censé « déconstruire le genre »? Un truc en plume devrait convaincre de l’ébranlement des codes – socio-historiques et imaginaires – drainés par votre malheureux volatile? Coq hideux, affiche hideuse dont je ne sais quel comité gay acculturé a pu choisir l’image, et s’en vanter en plus, pour ratisser large en somme? (…) Mais vous êtes-vous posé la question une seconde des chances d’identification des lesbiennes à pareil symbole viriloïde? (…) Les lesbiennes, parce que aussi féministes, ne peuvent pas, précisément pour des raisons aussi historiques qu’évidentes, s’associer à ce phallocentrisme affiché, avec bien sûr tout ce qu’il contient de racisme cocardier… Et c’est quand même incroyable ce qui se passe dans ce pays. On le savait, qu’il y a des gays fachos ou droitisants mais là, en cette période où tout le monde redoute et dénonce la « banalisation de l’extrême droite », vous foncez dans le panneau machococorico, droit(e) dedans. Affiche calamiteuse, affiche, qui plus est, d’un ridicule achevé. Aussi pathétique, dans sa rhétorique à peine cachée, qu’une affiche vichyste. Eh bien nous, lesbiennes, nous vous demandons de la retirer cette affiche. Parce que cette affiche est une honte et nous fait honte pour vous. Parce que nous dénions à une poignée de gays sans conscience le pouvoir de nous représenter. Et ceci n’est pas une « polémique ». Ceci est une dénonciation. »

Vous avez trouvé cet article intéressant? Soutenez notre travail en cliquant ici.