Le groupe Socialiste radical citoyen (SRC) à l’Assemblée nationale a décidé de profiter de sa niche parlementaire du 9 juin pour mettre au débat la proposition de loi de Patrick Bloche visant à ouvrir le mariage aux couples de même sexe.

Le 28 janvier, alors que le Conseil constitutionnel venait de valider l’interdiction du mariage aux couples gays et lesbiens, renvoyant la question au législateur, Jean-Marc Ayrault, président du groupe SRC, avait annoncé que son groupe inscrirait la proposition de loi « avant l’été ». « Sauf à inventer le gouvernement des juges, le Conseil constitutionnel ne pouvait pas prendre une autre décision. Il dit le droit, ce n’est pas lui qui fait la loi, avait-il estimé. Le mariage homosexuel est un choix politique qui doit se faire au grand jour au Parlement, devant les Français. À ma demande, le groupe PS, qui a déposé une proposition de loi reconnaissant le mariage homosexuel, l’inscrira à l’ordre du jour de l’Assemblée nationale avant l’été, dans le cadre de notre droit d’initiative parlementaire. »

La séance du jeudi 9 juin est réservée aux textes d’initiative parlementaire, d’où le choix de cette date. Soit moins de 3 semaines avant la Marche des Fiertés. Les député-e-s auront donc l’occasion d’indiquer clairement à un moment crucial leur position sur l’égalité des droits.

[mise à jour, 18h53] « De nombreuses propositions de lois ont été déposées par l’opposition sur le sujet mais elles n’ont jamais été débattues en séance plénière jusqu’ici, commente Nicolas Gougain, porte-parole de l’Inter-LGBT, joint par Yagg. Le mot d’ordre de la Marche des fiertés cette année est « En 2011 je marche, en 2012 je vote », mais cela ne veut pas dire que nous nous en remettons entièrement à 2012, nous serons aussi attentifs à ce débat, qui peut être un levier pour faire entendre nos revendications à trois semaines de la Marche. »

« Et ce sera l’occasion pour les député-e-s de se prononcer et d’assumer leurs positions, poursuit-il. C’est peut-être naïf, ou optimiste, mais on peut avoir une surprise, voyons quelle sera la teneur du débat. On sent depuis quelques mois que  la question fait débat à droite, à en croire les sorties récentes de quelques ministres. Ce sera l’occasion de clarifier les choses. L’Inter-LGBT n’a jamais voulu prendre parti pour la droite ou pour la gauche, nous interpellons l’ensemble des familles politiques. Nous attendons un signe de la majorité politique actuelle, à elle de montrer qu’elle peut faire avancer l’égalité des droits comme elle le prétend. Si elle était amenée à voter contre cette proposition de loi, ce serait un signe fort et très négatif à trois semaines de la marche des fiertés de Paris : celui de l’incapacité de la droite à répondre aux attentes des LGBT. »

« On a vu récemment, avec les votes des sénateurs sur l’inscription du nom du partenaire de pacs dans l’acte de décès et l’ouverture de l’AMP aux couples lesbiens, que la majorité politique au Sénat est moins conservatrice qu’à l’Assemblée nationale. Le débat du 9 juin mettra sous les projecteurs les député-e-s, pour qu’ils assument leur vote publiquement. La balle est dans leur camp! »

Photo koakoo

Cet article vous a plu? Soutenez notre travail en cliquant ici.