Les organisateurs de la gay pride de Moscou, jusqu’ici toujours interdite, ont officiellement informé les autorités moscovites, ce matin, mardi 12 avril, de leur intention d’en organiser la 6e édition le 28 mai prochain.

Cette année, pour la première fois, ils présentent la pride non seulement comme un événement politique mais aussi comme une manifestation culturelle et éducative, dont l’objectif est d’informer le public sur l’histoire de l’homosexualité, l’influence des homos célèbres dans les domaines des arts, de la culture, des sciences, et de promouvoir la tolérance à l’égard de la communauté LGBT.

Pour ce type d’événement, la demande d’autorisation doit être déposée au plus tard 45 jours avant la date prévue. La Mairie a 10 jours pour donner sa réponse.

« EMPLOYER TOUS LES MOYENS LÉGAUX »
« Cette année, nous allons employer tous les moyens légaux à notre disposition pour obtenir l’autorisation de tenir la 6e gay pride de Moscou, a déclaré Nikolai Alekseev, Nous avons décidé d’initier les discussions dès la mi-avril avec cette demande de permis pour une manifestation culturelle mais si elle n’est pas autorisée, nous demanderons, comme les années précédentes, deux semaines avant le 28 mai, l’autorisation d’organiser un événement politique, sous la forme d’un défilé et d’un rassemblement. Nous saisirons aussi le président russe Dmitri Medvedev ».

« Nous sommes prêts à coopérer avec les autorités moscovites et le nouveau maire Sergueï Sobianine afin que notre manifestation soit autorisée conformément à la législation russe en vigueur et à l’arrêt de la Cour européenne des droits de l’Homme, a poursuivi Nikolai Alekseev. Nous n’insistons pas sur un lieu particulier mais nous exigerons une action publique normale. »

« NOUS DESCENDRONS DANS LA RUE QUOI QU’IL ARRIVE »
Et d’ajouter: « En cas de refus d’autoriser nos événements prévus pour le 28 mai, nous ferons appel de toutes les interdictions illégales devant les tribunaux et la Cour européenne, comme nous l’avons déjà fait. Mais nous descendrons dans la rue quoi qu’il arrive, même sans autorisation. Cette année, de nombreux/ses activistes, défenseurs/euses des droits humains et hommes et femmes politiques venu-e-s de l’étranger ont prévu de participer à notre manifestation. Ils seront témoins de la façon dont la Russie respecte le verdict de la Cour de Strasbourg sur l’illégalité des interdictions de la Pride de Moscou ».

Depuis 2006, la gay pride de Moscou est interdite tous les ans. Sergueï Sobianine, qui a succédé à Iouri Loujkov à la mairie de Moscou, a déclaré en février dernier qu’il n’était pas favorable à une gay pride à Moscou, précisant qu’il ne s’agissait que d’un point de vue personnel. Le 21 octobre 2010, la Cour européenne des droits de l’Homme a condamné la Russie pour l’interdiction répétée de la gay pride de Moscou (lire Gay prides interdites: la Cour européenne des droits de l’Homme condamne la Russie).

Photo GayRussia/Arrestation de Nikolai Alekseev lors de la gay pride de 2006.

Cet article vous a plu? Soutenez notre travail en cliquant ici.