Pour la deuxième fois en deux mois, le militant LGBT russe Artem Kalinin a été agressé dans les rues de Syktyvkar, la capitale de la République des Komis.

« J’AI TOUJOURS VOULU TE TUER! »
Le 29 mars, vers minuit, alors qu’il se rendait dans un webcafé pour travailler sur l’édition 2011 de la « Semaine contre l’homophobie », qui avait débuté la veille, Artem Kalinin a été violemment frappé par un jeune homme d’une vingtaine d’années, raconte-t-il sur le blog Anti Dogma (en russe; pour lire la traduction en anglais du récit, rendez-vous sur LGBT Asylum News). « Tu es un pédé, j’ai toujours voulu te tuer! Si tu veux, je te tue, je m’en fiche, » lui a lancé l’agresseur entre deux coups. Il lui a également fait comprendre qu’il avait un ami dans la police qui l’avait aidé à le retrouver, et qui le protégerait si une plainte était déposée.

LE PARTI DE L’AGRESSEUR
La police, qu’Artem avait appelée juste avant de recevoir le premier coup, a fini par arriver, mais a paru prendre le parti de l’agresseur. « Les pédés ne vont pas en prison de nos jours? », a demandé celui-ci. « Nous allons enquêter, » a répondu l’un des policiers, tandis qu’un autre interrogeait Artem, notamment sur son orientation sexuelle. « Qu’est-ce que mon orientation sexuelle a à voir avec tout ça? s’indigne Artem sur Anti Dogma. A-t-on le droit de frapper n’importe qui en Russie? ».

AGRESSEUR RELÂCHÉ
Allongé sur le sol couvert de sang, incapable de répondre aux questions, Artem Kalinin a attendu qu’une ambulance le conduise à l’hôpital, où le médecin de garde a constaté une fracture du nez, quatre blessures à la tête, des bleus et des contusions sur le corps et le visage. Lorsqu’Artem a voulu savoir où se trouvait son agresseur, la police lui a expliqué qu’il avait été relâché. Artem a tenté de convaincre son interlocuteur qu’il était en danger, puisque son agresseur sait où il vit, mais la seule réponse qu’il a obtenue est: « Vos activités sont illégales, je ne suis pas responsable de votre vie ».

De retour chez lui, Artem Kalinin a retrouvé le bâton à poignée métallique utilisé par son agresseur, et s’est rendu compte qu’il n’avait plus ses clefs.

Fin janvier déjà, Artem Kalinin avait été battu jusqu’à en perdre connaissance par un groupe de jeunes gens: « C’est vous qu’on voit souvent à la télé en train de défendre les homos? » lui avait demandé l’un des jeunes gens avant de le frapper.

« ÉCRASER LES PÉDÉS COMME DE LA MERDE »
Très inquiet pour sa vie, Artem Kalinin est convaincu que ces attaques sont liées au mouvement nationaliste Rubezh Severa (« Frontière du nord ») d’Alexei Kolegov, qui a appelé à « écraser les pédés comme de la merde ». Il met également en garde Natalia Beshkareva, rédactrice en chef du journal ProGorod et le journaliste Denis Sasin, tous deux également récemment menacés par Alexei Kolegov.

[Gallery not found]

Merci à Ruslan Porshnev pour son aide.

Cet article vous a plu? Soutenez notre travail en cliquant ici.