L’artiste ouvertement gay Babi Badalov qui avait fui son pays natal, l’Azerbaïdjan, à cause des persécutions liées à son homosexualité a vu sa demande d’asile acceptée hier, jeudi 7 avril, par l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra).

Sous les menaces de mort des propres membres de sa famille, musulmans chiites pour qui sa sexualité représentait une honte, Babi Badalov s’était d’abord rendu à Saint-Pétersbourg, puis au Royaume Uni, à Cardiff plus précisément, où sa demande d’asile avait été refusée. Il fut renvoyé en Azerbaïdjan, où il resta deux jours, retourna quelque temps à Saint-Pétersbourg avant de débarquer à Paris en 2008.

SON TÉMOIGNAGE EN 2009
En février 2009, Yagg avait rencontré Babi Badalov, soutenu notamment par l’Ardhis (Association pour la reconnaissance des droits des personnes homosexuelles et transsexuelles à l’immigration et au séjour). Celui-ci livrait alors un témoignage bouleversant sur son histoire:


Si vous n’arrivez pas à voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur L’appel à l’aide de Babi Badalov demandeur d’asile gay.

« JE ME SENS ENFIN LIBRE »
Joint aujourd’hui par Yagg, Babi Badalov livre ses impressions au lendemain de la grande nouvelle: « C’est fantastique. C’est un soulagement et je ne trouve même pas de mots qui puissent correspondre à ce sentiment. Je suis heureux, c’est certain. J’étais choqué, mais d’un choc d’extase. J’ai appelé tous mes amis, mon petit ami, et je me sens enfin libre. Il m’est arrivé tellement de choses, j’étais coincé dans mon passé. Maintenant, je peux avancer. Je n’ai pas encore de projets précis, mais je sais que je ne crée que lorsque je suis heureux. Je n’aime pas la violence et l’agressivité dans l’art. Je préfère que l’art soit gai ».

Une victoire pour l’Ardhis, un nouveau départ pour l’artiste, et un espoir pour toutes les personnes LGBT sous le joug d’une société moins clémente que la nôtre.

Via LGBT Asylum News

Cet article vous a plu? Soutenez notre travail en cliquant ici.