Afin de palier le manque d’accès à l’information santé chez les sourds et les malentendants, Sida Info Service avait mis en ligne en août 2010 une première série de trois vidéos en langue des signes française (LSF) sur le dépistage. La volonté de proposer une information complète et précise a mené l’association à poster, à la mi-mars, quatre nouvelles vidéos, traitant cette fois des modes de transmission du VIH et des pratiques à risques.

Le but de cette campagne est de clarifier les messages de prévention chez la population sourde, en proposant des vidéos en LSF sous titrée, facilitant la compréhension pour celles et ceux qui ne connaitraient pas ou peu la langue des signes.

Le message des vidéos, concises et faciles à comprendre, répond au constat alarmant que pose Olivier Michaut, vice-président de l’Association des gays et lesbiennes sourds de Normandie (AGLSN), qui qualifie l’épidémie à VIH chez les populations sourdes de « catastrophique ».

Si l’accès aux soins et à la prévention en langue des signes a été mis en place depuis 1995 par le groupe sourds de Aides, l’information ciblée est encore peu développée en province. Les dépliants et plaquettes de sensibilisation demeurent complexes et peu adaptés, et peu de centres de dépistages ou d’hôpitaux ont la possibilité de proposer des médecins sachant parler la langue des signes. Le recours aux interprètes peut être une solution, mais là encore, l’intimité des questions de santé peut venir perturber les patient-e-s en quête de réponses ou de soins. C’est donc un enjeu considérable, quand on sait qu’environ 500000 personnes sont atteintes d’une déficience auditive sévère.

Les prochaines vidéos aborderont le traitement d’urgence et la transmission des Infections sexuellement transmissibles et des hépatites.

Voir aussi:

Vidéo Sida Info Service: Les rapports sexuels les plus dangereux dans la transmission du vih/sida

Vidéo Sida Info Service: Les rapports sexuels avec des risques plus faibles de transmission du vih/sida

Vidéo Sida Info Service: Les rapports sexuels sans risques de transmission du vih/sida

Cet article vous a plu? Soutenez notre travail en cliquant ici.