Hier après-midi, les principaux responsables du Parti socialiste s’étaient réunis en conseil politique afin que le premier jet du programme pour l’élection présidentielle de 2012 leur soit présenté. Martine Aubry a endossé son rôle de première secrétaire modèle et a partagé avec ses camarades le fruit des réflexions entreprises depuis deux ans par les membres du parti.

« L’ÉGALITE DES FAMILLES »
Bien que l’UMP ait déjà commencé à fustiger les propositions de la gauche relatives à la relance économique – François Fillon le qualifiant de « programme d’anesthésie nationale », Jean-François Copé de « programme du siècle dernier, sorti du congélateur »–, le PS montre encore une fois son engagement pour « l’égalité des genres et des familles », en faisant d’une de ses priorités le fait d' »ouvrir le droit au mariage et à l’adoption pour tous les couples ».

Certes, cela peut être vu comme du recyclage, puisque la question du droit au mariage et à l’adoption pour les couples homosexuels faisait déjà partie du programme de Ségolène Royal en 2007 (bien qu’elle y ait été plutôt opposée dans un premier temps) et qu’une grande partie du PS soutient cette idée depuis déjà quelques années. Dominique Strauss-Kahn avait déjà affirmé dans une tribune de Libération du 11 mai 2004 au sujet de l’adoption: « pour moi, c’est oui ». C’est néanmoins une question qu’une droite frileuse et passéiste sur les droits LGBT se garde bien d’envisager…

DES CARENCES À COMBLER
Joint par Yagg, Gilles Bon-Maury, président d’Homosexualités et Socialisme, se réjouit de voir que le droit au mariage et à l’adoption pour tous soit une priorité pour le Parti socialiste, la 27e sur les 30 propositions principales – alors que Ségolène Royal l’avait placé en 87e position sur 100. Il ajoute néanmoins que cette ébauche de programme demeure obscure sur certains points, comme les droits des trans’ ou encore la lutte contre le sida et la sérophobie. Enfin, il rappelle que ces propositions sont les grandes lignes autour desquelles chacun est invité à débattre jusqu’au 28 mai, avant la validation du programme définitif.

Cet article vous a plu? Soutenez notre travail en cliquant ici.