Les gays et les lesbiennes resteront des citoyens de seconde classe en Allemagne. La Commission juridique du Bundestag allemand (photo de la salle où se réunit ladite Commission) a proposé début février de ne pas intégrer l’orientation sexuelle dans l’article 3 de la Constitution, qui spécifie les motifs pour lesquels il est prohibé de discriminer les personnes. Rappelons que l’Allemagne est actuellement dirigée par une coalition conservatrice composée des « Noirs » chrétiens démocrates de la Chancelière Angela Merkel (CDU/CSU) et des « Jaunes » libéraux du ministre des Affaires étrangères Guido Westerwelle, un homme pourtant gay et pacsé.

Les trois partis d’opposition (SPD, die Linke et les Verts) avaient demandé que l’article 3 de la Constitution soit élargi à l’orientation sexuelle. Cet article prohibe toute discrimination en raison du sexe, de l’origine, de la foi ou des conceptions philosophiques. En 1994, la Constitution a été modifiée pour intégrer aussi le handicap dans cette liste.

Face à ce conservatisme, les gays et les lesbiennes ne peuvent qu’espérer un renversement prochain de la coalition et le retour au pouvoir des forces de gauche. L’élection de dimanche dernier à Hambourg a renversé une coalition locale Noire-Verte pour donner la majorité absolue aux socialistes du SPD, les Noirs ayant perdu la moitié de leur électorat. Elle est signe d’espoir.

Je trouve cependant regrettable que l’électorat gay et lesbien soit quasi forcé au choix de la gauche sur cette seule question. Mais c’est le fait de la droite qui persiste dans l’obscurantisme et s’inscrit de fait dans la ligne de l’Église catholique qui exige la protection du droit de tendance (Tendenzschutz), un droit spécifiquement allemand qui permet à un employeur de licencier sur-le-champ un employé notamment sur la base de son orientation sexuelle, parce que cette orientation ne correspond pas aux convictions religieuses de l’employeur.

Via queer.de

Luc Lebelge

En partenariat avec Munich and Co

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Soutenez votre média LGBT indépendant sur le mur de Yagg!