Comme l’écrit le Blog de Lima Gay, ce n’était pas la première fois qu’une telle action se tenait sur la Plaza de Armas, la tournure qu’ont pris les événements était donc totalement inattendue.

Lorsque les organisateurs du kiss-in contre l’homophobie (« Besos contre la Homofobia », en VO) sont arrivés au lieu de rassemblement, ils l’ont trouvé fermé par la police. La raison invoquée: « il va y avoir une manifestation d’homosexuels ».

À la demande de la police, les participants ont déposé leur pancarte. Ils se sont rendus sur les marche de la cathédrale, où une centaine de personnes étaient assises, comme tous les jours. Ils ont été rejoints par d’autres participants, parmi lesquels Carlos Vela, seul candidat ouvertement gay aux élections au Congrès péruvien. Quelques couples gays et lesbiens ont commencé à s’embrasser puis ont voulu prendre une photo de groupe mais ont été violemment bousculés par les forces de l’ordre, rapporte le Blog de Lima Gay.

Les étudiants du Bloque estudiantil LGBTi sont arrivés à ce moment-là et ont confronté la police, qui a répondu par des coups et l’utilisation de gaz lacrymogène. Plusieurs personnes ont été blessées (ce que ne montre pas la vidéo ci-dessous). Repoussés derrière la cathédrale et à nouveau chargés, les participants au kiss-in ont finalement décidé de battre en retraite.

Si vous ne pouvez pas voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur Agresion Policial en Besos contra la Homofobia (Parte1)

Selon certains, c’est une plainte de l’archevêque de Lima qui serait à l’origine de la mobilisation policière.

Cette interdiction d’une manifestation contre l’homophobie intervient quelques jours après la décision du Congrès de ne pas ouvrir le débat sur une union civile ouverte aux couples de même sexe au motif qu’elle serait contraire à la Constitution.

Photo Juan Carlos/Blog de Lima Gay

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Soutenez votre média LGBT indépendant sur le mur de Yagg!