C’est dans l’avion que Brenda Namigadde a appris qu’elle avait droit à un sursis avant son expulsion vers l’Ouganda (lire Ouganda: Un militant gay assassiné, une lesbienne réfugiée au Royaume-Uni menacée d’expulsion), vendredi dernier.

Un juge de la Haute Cour britannique a suspendu l’expulsion, une nouvelle audience est prévue mercredi. Selon le ministère de l’Intérieur, un premier tribunal avait estimé que Brenda Namigadde n’était « pas homosexuelle » et que par conséquent, sa demande d’asile n’était pas fondée. L’un de ses avocats, Abdulrahman Jafar, a expliqué que Brenda Namigadde devait être autorisée à rester sur le sol britannique quelle que soit son orientation sexuelle. « Si elle est renvoyée en Ouganda, elle court un danger certain en raison de la couverture médiatique de ses activités, » a-t-il souligné. Brenda Namigadde a en effet été interpellée après avoir participé à une manifestation contre l’introduction de l’Anti-Homosexuality Bill en Ouganda, à Londres, en 2009.

Pour décider que Brenda Namigadde n’est pas lesbienne, le tribunal se serait appuyé sur le fait qu’elle ne s’intéresse d’aucune façon aux magazines ou livres LGBT, rapporte le blog Political Scrapbook (via PinkNews). Le raisonnement est le suivant: puisqu’au Royaume-Uni Brenda jouit de la liberté qu’elle dit ne pas avoir en Ouganda, pourquoi n’en use-t-elle pas?

Aussi absurde qu’elle puisse paraître, la « méthode » employée par ce tribunal semble se banaliser, comme le montre un article publié ce week-end dans le New York Times, selon lequel les demandeurs d’asile homos ont de plus en plus de risques de ne pas paraître « suffisamment gay ». La demande d’asile d’un homo follissime aura plus de chance d’être acceptée que celle d’un homo qui pourrait plus facilement faire semblant d’être hétéro.

Le Centre LGBT Paris IdF organise une soirée de solidarité jeudi 3 février à 20h, en présence d’Auf Usaam Mukwaya et d’autres militants, avec projection d’un film sur David Kato et actions de soutien aux LGBT ougandais.

Photo Brett Lock/OutRage! (via All Out)

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Soutenez votre média LGBT indépendant sur le mur de Yagg!