Inter-LGBTEn mars 2010, la Haute autorité de santé (HAS) annonçait la mise en place de centres de référence pour la prise en charge de la transition des personnes transsexuelles. Depuis septembre, un comité consultatif composé notamment de représentants de trans’, de représentants du monde médical et d’experts indépendants, a commencé à réfléchir à l’élaboration de ces centres, sous l’égide du ministère de la Santé. Une nouvelle réunion de ce comité consultatif devait se tenir aujourd’hui, mercredi 26 janvier, mais elle a été annulée hier.

DES « ÉLÉMENTS DE DISSENSIONS ET DE BLOCAGE »
Dans un communiqué, l’Inter-LGBT, membre du comité consultatif, s’inquiète de cette suspension des travaux: « le ministère invoque des «éléments de dissensions et de blocage qui s’opposent à la progression constructive du travail initié par la DGOS [Direction générale de l’offre de soins, ndlr]» entre les associatifs et les médecins membres de la SoFECT, rendant semble-t-il impossible la continuité du travail ». La SoFect, c’est la Société française d’étude et de prise en charge du transsexualisme (SoFECT), dont les représentants du monde médical au sein du comité sont tous membres, et dont le discours est souvent à l’opposé de celui des associations trans’ (un exemple sur le site d’OUTrans).

« LA SOFECT N’A JAMAIS ÉTÉ CAPABLE DE TRAVAILLER EN COLLABORATION AVEC LES ASSOCIATIONS D’USAGERS »
« L’Inter-LGBT rappelle que les associations trans’ et/ou militant pour les droits des trans’ travaillent depuis toujours en harmonie avec de nombreux médecins non représentés au sein du comité consultatif, poursuit le communiqué. À l’inverse, les membres de la SoFECT sont de manière récurrente à l’origine de conflits entre soignants et patients tant sur les aspects théoriques que pratiques de la transition. Force est de constater que, non seulement, la SoFECT n’a jamais été capable de travailler en collaboration avec les associations d’usagers, mais qu’en plus elle s’en défie, hiérarchisant véritablement les êtres humains. »

« Les associations trans’ et/ou militant pour les droits des trans’ dénoncent le «lobby» mené par les membres de la SoFECT auprès des plus hautes instances du gouvernement afin de conserver un monopole et une maitrise absolue de la question trans au détriment des personnes en souffrance qui sollicitent une prise en charge humaine et adaptée. Plus que jamais l’Inter-LGBT reste vigilante quant aux suites qui seront données par le ministère de la santé à l’élaboration des centres de référence dont on espère encore qu’ils permettent une prise en charge plus humaine et plus respectueuse de la dignité des personnes trans ». »

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Soutenez votre média LGBT indépendant sur le mur de Yagg!