SAMEDI

  • Golden Globe Awards 2011, à 20h40, sur Cinécinéma Premier. Pour les fans qui veulent se mater la cérémonie de dimanche dernier in extenso, avec un palmarès très gay-friendly, on l’a dit. Une bonne répétition avant les Oscars, le 27 février prochain.
  • On n’est pas couché, à 22h50, sur France 2. Peut-on encore regarder le fatigant et interminable talk-show de Laurent Ruquier? Ce soir, parmi les invité-e-s, il y a la formidable Juliette (qui vient de sortir un nouvel album, No Parano). Et on aimerait tellement qu’elle rentre dans le lard des réacs Zemmour et Naulleau… Vas-y Juju!
  • Cruising (1980), de William Friedkin, à 23h30, sur TCM (en VM). Oui, je sais, normalement je devrais écrire La Chasse, mais pardonnez-moi, ce titre français, je peux pas. C’est l’un des films préférés de l’auteur de ces lignes, donc on va essayer de faire court. Al Pacino campe un policier qui infiltre le milieu SM new-yorkais pour enquêter sur un serial killer qui s’attaque aux homosexuels. Cruising est à la fois cash et tordu: Friedkin dépeint cette scène cuir gay avec un souci du détail hallucinant (comme s’il y avait un documentaire dans le film de fiction) et ponctue son histoire de scènes étranges, suscitant de multiples interprétations. Pourquoi le policier hétéro est-il si troublé par son enquête? Pourquoi son couple en souffre-t-il? Et si c’était lui le serial killer? Même après avoir vu l’œuvre 10 fois, on reste fasciné par son climat étouffant, malsain (le réalisateur a même inséré des images subliminales dans les scènes de meurtre qui sont absolument terrifiantes), sa noirceur totale. La communauté gay avait vivement protesté contre le film à l’époque, et ce dès son tournage. Aujourd’hui, il est entré dans le patrimoine.

    Si vous n’arrivez pas à voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur Cruising Trailer.

DIMANCHE

  • Les Demoiselles de Rochefort (1967), de Jacques Demy, à 20h40, sur TCM. Un sommet de la comédie musicale à la française, d’une folle modernité. On ne se lasse pas des aventures des sœurs Garnier, Delphine et Solange, interprétées par Catherine Deneuve et sa sœur Françoise Dorléac, qui perdit la vie dans un accident de voiture trois mois après la sortie du film. C’est comme dans le cinéma de Demy: la joie et la tristesse constamment mêlées dans un tourbillon de sentiments.

    Si vous n’arrivez pas à voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur Les demoiselles de Rochefort.

    Si vous n’arrivez pas à voir la vidéo ci-dessus, cliquez sur Catherine Deneuve – Les demoiselles de Rochefort.

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Soutenez votre média LGBT indépendant sur le mur de Yagg!