Alice Nkom

Alice Nkom

Deux communiqués de presse distincts mais une même tonalité: l’indignation. Aides et Act Up-Paris réagissent à la situation au Cameroun, où une fatwa a été lancée contre les homosexuels. L’avocate camerounaise Alice Nkom a de son côté reçu des menaces de mort pour son combat pour le respect des droits humains.

La presse camerounaise s’est déchaîné contre le Projet d’assistance et d’encadrement des minorités homosexuelles (Paemh), qui a reçu un soutien financier de 300000 euros de l’Union européenne (lire notre article). Selon le communiqué de Aides, « le Cameroun s’apprêterait à refuser purement et simplement ce financement de l’UE et mettre un terme à ce projet. Une telle décision serait de très mauvais augure pour l’avenir des programmes de prévention et d’assistance envers la communauté gay camerounaise, pourtant particulièrement exposée au risque VIH. »

Act Up-Paris écrit avec l’Association de défense de l’homosexualité (Adefho), fondée par Alice Nkom: « Il serait inacceptable de voir ces fonds interceptés, alors que les actions qui devraient voir le jour s’inscrivent dans une logique de promotion, de renforcement des droits humains, et de prévention en matière de sida vers une population vulnérable ».

Act Up-Paris et l’Adefho exhortent les autorités camerounaises à « endiguer les mouvements de haine à l’encontre des homosexuel-le-s, ainsi que des membres de l’association Adefho », tandis qu’Aides demande au gouvernement français de réagir et « de condamner publiquement les violences dont les minorités sexuelles et leurs défenseurs font l’objet, au Cameroun comme dans le reste du monde ».

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.

Soutenez votre média LGBT indépendant sur le mur de Yagg!